GUILLET François, René dit Francisco

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 16 mai 1926 à Saint-Julien-sur-Dheune (Saône-et-Loire), exécuté sommairement le 27 mai 1944 à Collonge-en-Charollais (Saône-et-Loire) ; forgeron ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) et des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

François Guillet était le fils de Jean Marie et de Marthe Giroux. Il était célibataire et domicilié à Saint-Eusèbe (Saône-et-Loire). Il exerçait le métier de forgeron.
Il se porta volontaire pour entrer dans la Résistance aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF) au "Camp des loups", installé dans les bois de Marange entre Genouilly et Collonge-en-Charollais qui comptait environ 80 maquisards répartis en plusieurs groupes. Il prit le pseudonyme de "Francisco".
Le 27 mai 1944 alors qu’il rentrait d’une corvée de ravitaillement il fut surpris dans le bois par les allemands qui venaient de s’emparer de cinq autres maquisards du camp, Raymond Clarissoux, Raymond Bouchot, René Lonjaret, Tarcisio Adamo et Louis Bonnette. Il fut abattu à mi-côte dans le sous-bois alors qu’il tentait de s’échapper. L’acte de décès mentionne qu’il est décédé accidentellement le 29 mai 1944 à 19 heures.
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur son acte de décès.
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et obtint le titre de Déporté et Interné résistant (DIR).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Saint-Eusèbe, sur la plaque commémorative des déportés et internés du canton de Montchanin morts en déportation ou fusillés, à Montchanin et sur le monument commémoratif érigé en bordure de la D33, à Collonge-en-Charollais (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article208143, notice GUILLET François, René dit Francisco par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 1er novembre 2018, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : SHD Vincennes GR 16P 278926.— Jean-Yves Boursier, chroniques du Maquis sur e-monsite.— Montceau News, La Ronde de nos villages.— Le journal de Saône-et-Loire du 24 mai 2016 72 ans après, les sept massacrés sont toujours dans les têtes.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément