BARRIER Floréal [BARRIER Floréal, Raymond]

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 3 janvier 1922 à Trélazé (Maine-et-Loire), mort le 25 octobre 2015 à Cagnes-sur-Mer (Alpes-maritimes), typographe puis correcteur, communiste, syndiqué, résistant.

Fils de Camille Auguste Barrier, carrier, et de Raymonde Angèle Planchenault, ménagère, Floréal Barrier avait de certificat d’études primaires. Vers 1935, à 13 ans, il devint apprenti typographe et obtient le CAP, probablement vers 1938 ou 1939.
En 1939, Barrier était membre des Jeunesses communistes, du Secours rouge international et syndiqué. De juin 1940 à mars 1941, il travaillait à l’imprimerie La Gutenberg à Angers. Il participa à la diffusion clandestine de tracts. En mars 1941, se sentant menacé, il se réfugia à Paris.
En août 1941, Barrier repartit dans le Maine-et-Loire, à Baugé-en-Anjou, où il travailla à l’Imprimerie nouvelle, tout en étant agent de liaison pour la résistance et distributeur de tracts. Le 26 mars 1942, il fut arrêté au camp de jeunesse de La Roussière par Baugé. Soupçonné de propagande communiste, il bénéficia d’un non lieu et obtint le 8 mai la relaxe contre l’engagement de s’abstenir de toute activité politique. Le 20 septembre 1942, il fut arrêté à nouveau à Angers, puis interné.
Mis en liberté surveillé, il chercha à rejoindre Londres. Il fut arrêté sur le chemin vers l’Espagne, dans le train de Bordeaux vers Dax. Après avoir été incarcéré à Bayonne puis au fort du Hâ (Bordeaux), il fut Interné à Compiègne du 19 mars au 17 septembre 1943. Il fut déporté pour Buchenwald ; il a participé à la résistance dans le camp. Il fut libéré par l’armée américaine le 11 avril 1945.
A la Libération, Barrier reprit son métier. Il se maria le 18 juillet 1947 à Angers (Maine-et-Loier) avec Geneviève Andrée Rouiliaud. De 1961 à sa retraite en 1982, il devint correcteur à l’Imprimerie nationale. Il s’engagea dans la FNDIRP et à l’Association Buchenwald-Dora. Il fut président du Conseil des anciens détenus de Buchenwald auprès de la Fondation des Mémoriaux de Buchenwald et Dora.
En 2012, il a été fait commandeur de la Légion d’honneur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article208195, notice BARRIER Floréal [BARRIER Floréal, Raymond] par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 1er novembre 2018, dernière modification le 12 novembre 2018.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCE : SHD GR 16 P 35096 ; - PPo 1 W 384-3944 ; - Paul Chauvet. La Résistance chez les fils de Gutenberg dans la Seconde Guerre mondiale. Paris : à compte d’auteur, 1979, p. 131 ; Floréal Barrier (1922-2015, site Association Buchenwald-Dora [en ligne]
IMAGES ET SONS : F. Barrier, témoignage (sd), site Mémoires des déportations ; - Anice Clément. Hommage à Floréal Barrier, 2016, 12 mn 45. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément