NICOLAS Auguste, Louis

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 16 avril 1923 à Locminé (Morbihan), exécuté sommairement le 18 juillet 1944 à Réguiny (Morbihan) ; FTPF-FFI.

Auguste Nicolas
Auguste Nicolas
SOURCE : René Le Guénic,
Morbihan, Mémorial de la Résistance

Auguste Nicolas était le fils d’Auguste Marie Nicolas, mécanicien, et d’Albertine Marie Joseph Benoit, ménagère. Célibataire, il était domicilié à Locminé (Morbihan).

Il rejoignit les Francs-tireurs et partisans français (FTPF) au sein de la 2e compagnie du 4e Bataillon FFI (Forces françaises de l’intérieur) du Morbihan, commandé par Jean Rucard. Le 11 juillet 1944, alors qu’il était installé dans le maquis de Radenac (Morbihan), Auguste Nicolas prit avec un camarade, prisonnier de guerre russe évadé, l’initiative d’une patrouille à l’insu de son chef de section. Entré en armes dans une ferme des environs de Réguiny pour s’y désaltérer, il y fut surpris par une patrouille allemande. Il fut conduit à Josselin (Morbihan), où il fut torturé dans les locaux de la clinique Saint-Martin, puis à Locminé où il fut exhibé à la population dans un chariot. Le 18 juillet 1944, des soldats de la garnison de Josselin l’exécutèrent au lieu-dit Kerbourhis en Réguiny, adossé à un arbre. Auguste Nicolas n’a pas parlé puisque son maquis n’a jamais été inquiété.
Son cadavre laissé sur place fut découvert peu après par un cultivateur de Kerbourhis.

L’acte de décès numéro 11 dressé en mairie de Réguiny le 18 juillet 1944 constate le décès ce même jour d’un individu du sexe masculin dont l’identité n’a pu être établie et dont le corps a été retrouvé dans un champ près du village de Kerbourhis à 13 heures 30, le décès paraissant remonter à 12 heures. Ce corps a été reconnu comme étant celui d’Auguste Nicolas par un jugement déclaratif de décès du tribunal civil de Ploërmel (Morbihan) en date du 17 mai 1945, transcrit le 3 juillet 1945 en mairie de Réguiny.

Auguste Nicolas a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI. Le titre d’Interné-résistant lui a été attribué à titre posthume ainsi que le titre de Combattant volontaire de la Résistance en 1956 et la Médaille de la Résistance par décret du 23 février 1959, publié au JO du 7 mars 1959.

Dans le Morbihan, le nom d’Auguste Nicolas est inscrit sur une stèle dressée sur le lieu de son exécution à Kerbouhis en Réguiny. Il figure aussi à Locminé sur le monument 1939-1945 érigé dans le cimetière et sur le monument aux morts communal. À Moréac, il est inscrit sur la plaque dédiée aux FTPF de la 2e compagnie du monument commémoratif de Porh-Le-Gal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article208197, notice NICOLAS Auguste, Louis par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 1er novembre 2018, dernière modification le 26 août 2019.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Auguste Nicolas
Auguste Nicolas
SOURCE : René Le Guénic,
Morbihan, Mémorial de la Résistance
Sur la stèle de Kerbourhis en Réguiny
Sur la stèle de Kerbourhis en Réguiny
Sur le monument de Pohr-Le Gal en Moréac
Sur le monument de Pohr-Le Gal en Moréac
Dans le cimetière de Locminé
Dans le cimetière de Locminé
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16 P 440097. — Arch. Dép., Morbihan, 1840 W 7, fonds ONACVG-56. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978, p.522 — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance (photo), Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — Mémorial GenWeb. —Site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Locminé (acte de naissance) ; Réguiny (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément