COUËTOUX Michel, Marie, Louis, René

Par Jacques Girault, Julien Veyret

Né le 2 août 1924 à Nort-sur-Erdre (Loire-Atlantique), mort le 29 juillet 2007 à Saint Barthélemy-du-Gua (Isère) ; professeur ; résistant ; syndicaliste du SNET ; militant communiste, maire de Pont-de-Claix (Isère), conseiller général.

Fils d’un employé à la Compagnie générale transatlantique, Michel Couëtoux, sujet à l’asthme, fit ses études à Villard-de-Lans (Isère) puis à Briançon (Hautes-Alpes) où il obtint le baccalauréat en 1943.

Il s’engagea dans le maquis de Vallouise et participa aux combats de la Libération dans le Briançonnais (Armée Secrète) et fut homologué membre des FFI sous le pseudonyme "Alfred". Journaliste à La Vie des métiers et à l’Humanité, il entra à l’École normale supérieure de l’Enseignement technique (section D) en 1955. Diplômé des Hautes études commerciales, il termina sa carrière comme professeur agrégé en sciences de gestion.

Il se maria en février 1952 à Paris (XVIIIe arr.). Le couple eut trois enfants et se sépara en 1981.

Professeur aux lycées techniques de Chambéry (Savoie), puis Vaucanson à Grenoble (Isère) en 1962, puis au lycée technique d’État mixte de la rue Louise Michel à Grenoble en 1964, il militait dans le courant « Unité pour une action syndicale efficace » au Syndicat national de l’enseignement technique, et en fut le secrétaire régional de l’académie de Grenoble, de 1963 à 1966. Il présida les séances du 27 mars 1964 et du 10 avril 1965 des congrès nationaux du SNET. Il fut candidat à la commission administrative paritaire nationale des agrégés scientifiques en 1965.

Après la fusion syndicale de 1966, il n’exerça plus de responsabilité syndicale. Il habitait alors à Fontaine (Isère). Il devint par la suite enseignant chercheur à l’Université des sciences sociales de Grenoble et dirigea le département « Gestion » de l’Institut universitaire de technologie de Grenoble. Conseiller du recteur sur les questions de la formation et de l’emploi, il assistait les comités d’entreprise en tant qu’expert comptable, et publia des ouvrages de sciences sociales.

Membre du Parti communiste français depuis 1947, Couëtoux fut conseiller général du canton de Vif (Isère) de 1973 à 1989, et vice-président chargé des affaires culturelles de 1982 à 1985. Il contribua, en particulier, à la création du Musée de la Révolution à Vizille et du Centre d’archéologie de Grenoble.

Michel Couëtoux devint maire du Pont-de-Claix (Isère) en 1977. Il conserva son mandat jusqu’en 1999, année où il démissionna, passant la main à son premier adjoint Michel Blonde. Son action fut importante dans le domaine de l’environnement : recherche de la coopération avec des villes du pourtour méditerranéen dans le domaine de la prévention des risques majeurs (organisation d’un colloque sur ce thème à Pont-de-Claix en 1993), présidence de la commission départementale de l’Equipement pendant plusieurs années, nombreuses actions de protection du cadre de vie, création du réseau de détection des pollutions atmosphériques de la cuvette grenobloise dans la cadre de l’ASCOPARG (Association pour le contrôle et la prévention de l’air dans la région grenobloise),

Couëtoux fut un des 73 communistes signataires, en novembre 1991, du manifeste signé notamment par Charles Fiterman* et Guy Hermier*, « Urgence du futur ».

Retraité, il habitait Saint-Barthélémy-de-La-Gua (Isère). Ses cendres furent dispersées au nouveau Jardin du Souvenir du cimetière Vercors de Pont-de-Claix.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20826, notice COUËTOUX Michel, Marie, Louis, René par Jacques Girault, Julien Veyret, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 8 novembre 2021.

Par Jacques Girault, Julien Veyret

SOURCES : Arch. com. Pont-de-Claix (Véronique Ducarouge, Michel Blonde). — SHD. Vincennes GR 16 P 145937. — Le Travailleur de l’enseignement technique. — Renseignements fournis par la famille de l’intéressé et par C. Guillet. — Note d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable