MAY Heinz, Wolfgang dit Henri [pseudonyme dans la résistance : Raoul]

Par Eric Panthou

Né le 6 novembre 1921 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), exécuté sommairement par fusillade le 27 décembre 1943 à Sarpoil, commune de Saint-Jean-en-Val (Puy-de-Dôme) ; étudiant ; Hollandais, résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Fils de Hans, commerçant né le 24 janvier 1892 à Stargard Szczeciński, devenu Stargard (Pologne), en Poméranie, victime de la Shoah, décédé le 2 octobre 1944 aux environs d’Auschwitz (Pologne), et de Margareta, née Elsas, Henri May, prénommé Heinz Wolfgang est né en Allemagne. Ses parents s’étaient mariés à Stuttgart (Allemagne) en 1920. Il était fils unique, célibataire et son domicile avant guerre était La Haye (Pays-Bas). On ignore les circonstances de son arrivée en France. La famille étant juive, elle avait sans doute fui l’Allemagne.

Alors qu’il était étudiant, il rejoignit la Résistance au sein de la 1103ème Compagnie FTP du Puy-de-Dôme en octobre 1943. Selon le témoignage écrit de Charles Jouan alias Charlot, il est entré au camp Gabriel-Péri quelques jours avant lui, le 10 octobre 1943.
Il est mort au cours d’un accrochage avec un barrage allemand à Sarpoil, commune de Saint-jean-en-Val, le 27 décembre 1943. Dans les documents évoquant ce drame, mais aussi sur la stèle commémorative érigée à Sarpoil, il est connu uniquement sous le nom de Patriote belge, dit Raoul. Ce surnom de belge vient sans doute du fait qu’il parlait flamand, alors qu’il était Hollandais.

Raoul appartenait au Camp FTP Gabriel-Péri. Cette unité était très mobile pour éviter d’être repérée. C’est au cours d’un déplacement de Saint-Germain-l’Herm vers les bois de Fournol qu’elle fut interceptée par un barrage allemand, à Sarpoil. Le commandant Lucien, alias Robert Delmas, commandait alors la Compagnie. Trois des quatre hommes du véhicule de tête furent immédiatement fusillés quand le dernier fut brûlé dans le véhicule incendié. Selon le témoignage de Jouan, May fit partie des fusillés.

En 1954, il a été reconnu "Mort pour la France". Homologué FFI, en 1956 il reçut à titre posthume la carte de combattant volontaire de la Résistance (CVR). Sa mère habitait alors La Haye, aux Pays-Bas.



Saint-Jean-en-Val, Sarpoil (27 décembre 1943)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article208260, notice MAY Heinz, Wolfgang dit Henri [pseudonyme dans la résistance : Raoul] par Eric Panthou, version mise en ligne le 3 novembre 2018, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 7517 : Dossiers nominatifs d’attribution de la carte du combattant volontaire de la résistance, Henri May .— AVCC, AC 21 P 92934. Dossier Heinz May .— SHD Vincennes, 19 P 63/5 : état des morts ayant appartenu au Camp Gabriel-Péri .— « C’était ainsi... Le combat de Sarpoil », Résistance d’Auvergne, n°5, janvier 1972 .— « Tué à Sarpoil », photographies de quatre résistants tués, archive privée, Clermont-Ferrand.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément