COUPPEY Albert, Louis, Honoré

Par Gilles Morin

Né le 2 février 1901 à Négreville (Manche), mort le 23 janvier 1990 à Cherbourg (Manche) ; instituteur ; militant socialiste de la Manche ; adjoint au maire de Cherbourg (1954-1959).

Instituteur dans la Manche à Quettelot, Albert Couppey, pendant la période du Front populaire, était délégué du canton de Bricquebec dans la section départementale du Syndicat national des instituteurs.

Militant socialiste, Albert Couppey se présenta aux élection municipales de Cherbourg en octobre 1947 sans succès. Il fut élu conseiller municipal sur la « liste socialiste de réalisations municipales et laïques » de Cherbourg le 25 septembre 1948, en remplacement d’Alfred Allanic, décédé à Cherbourg le 20 août 1948. Réélu en 1953 et le 21 février 1954, sur les listes conduite par René Schmitt, il fut désigné premier adjoint le 1er mars 1954 et il le demeura jusqu’en mars 1959.

Membre de la CEF en septembre 1948, secrétaire fédéral adjoint 1950-1952, il fut désigné à ce poste en février 1950 et non reconduit en octobre 1952.

Couppey représenta la fédération au congrès national de la SFIO des 4 et 5 juillet 1951 et au conseil national de septembre 1951. Il soutint Schmitt contre Bocher et fit une violente campagne contre la reconduction du mandat des conseiller de l’Union française en 1952. Il rédigea une étude sur l’Union française dont la fédération fit signaler par le secrétariat général qu’elle ne l’engageait pas (circulaire nationale de la SFIO, n° 593, du 21 janvier 1953).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20880, notice COUPPEY Albert, Louis, Honoré par Gilles Morin, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 août 2021.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. OURS, dossiers Manche. — Arch. mun. Cherbourg. — Note de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément