LONG Pierre, François dit « Jacques Menin »

Par Théo Cohen

Né le 14 novembre 1923 à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), torturé puis exécuté sommairement le 17 décembre 1943 à Bernex (Haute-Savoie) ; apprenti-boucher ; combattant volontaire de la résistance, résistant FTP-93-01-I3 // RI-3, 1ère compagnie.

Pierre Long naquit à Thonon les Bains, benjamin des quatre enfants d’Émilie Page et Charles Long. En congé d’armistice depuis le 1er mars 1943, Pierre vécut à Thonon et reçut une formation militaire au sein du 2ème Régiment d’Infanterie Coloniale de Carcassonne.
Dès le 10 septembre 1943, il intégra les Francs-tireurs et partisans (FTP), deux jours après l’arrivée des Allemands en Haute-Savoie et anticipa son incorporation au Service du travail obligatoire (STO). Il prit le maquis début novembre 1943 et rejoignit le camp FTP « Mont Blanc » situé à Bernex [Haute-Savoie] sous la direction de Jo Charles. Un parachutage d’armes sur le plateau de Vinzier [Haute-Savoie] en Août 1943, à quelques kilomètres de Bernex, permit à la quarantaine de membres du camp d’être armés.
Le 17 décembre 1943, sur les indications de collaborationnistes, l’ensemble du IIIe Bataillon de police « SS-Polizeiregiment », soit 500 hommes, sous la direction du SS-Major Johan Mechels, procéda à l’attaque du camp « Mont-Blanc ». Le bataillon encercla la ville dès 6 heures et empêcha les habitants de sortir du village. Les écoliers et les habitants furent rassemblés au sein de l’hôtel du Midi. L’attaque fut menée sur les chalets situés légèrement en amont de Bernex où étaient réfugiés les maquisards. Cinq jeunes FTP dont Pierre demeuraient dans un des chalets pour permettre à leurs camarades de battre en retraite. Epuisés, à cours de munitions et toute retraite leur étant coupée, Pierre et ses camarades se rendirent au bout d’une heure de lutte en sortant du chalet les bras en l’air et présentant un drapeau blanc. Faits aussitôt prisonniers par les Allemands, ils furent emmenés au village devant l’hôtel du Midi. Là, ils furent torturés devant la population de Bernex. Aucun d’entre eux ne parla à l’occupant.
Après un long calvaire et à bout de force, à 12 heures, Pierre Long et ses camarades furent ensuite emmenés en contrebas de l’hôtel du Midi où ils furent fusillés. Une fois à terre, un officier allemand les acheva un par un d’une balle dans la tête. Le lendemain Pierre Long, Pierre Guérin, Attilio Dal Toso, Pierre Thomas et Albert Dantand sont enterrés au village par les habitants de Bernex.
Le 17 octobre 1946, Pierre a été cité à l’ordre de la division et élevé à titre posthume au rang de 2ème classe de la 1ère compagnie (93-01) au motif suivant « fut assassiné après d’horribles tortures et s’est sacrifié pour assurer le repli de ses camarades ». La Croix de guerre lui a également été attribuée à titre posthume avec étoile d’argent. Son nom figure sur la plaque commémorative apposée devant la Mairie de Bernex et sur le monument commémoratif au cimetière de Thonon-les-Bains.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article209030, notice LONG Pierre, François dit « Jacques Menin » par Théo Cohen, version mise en ligne le 20 novembre 2018, dernière modification le 26 septembre 2021.

Par Théo Cohen

SOURCES : Arch. Dép. Haute Savoie — Arch Mun. Thonon-les-Bains — Mémorial de l’Oppression des Arch Dép et Métro. Lyon. — R.I.3. Francs-tireurs et partisans de la Haute-Savoie, Ed. France d’abord, p. 60-61. — ANACR sous la dir. de Bernard Néplaz, Le Chablais dans la tourmente, Thonon les Bains, auto-ed, p. 47-51 — État civil, Thonon-les-Bains (acte de naissance).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément