COURSEAUX Paulette [née VAUVIEL Paulette, Marcelle]

Par Jean-Pierre Besse Jacques Girault

Née le 6 novembre 1904 à Montivilliers (Seine-inférieure, Seine-Maritime), morte le 17 septembre 1984 à Paris (XXe arr.) ; professeur puis directrice de l’ENNA ; résistante de l’Oise ; militante socialiste ; conseillère municipale de Creil (Oise) ; militante du SNET puis du SNET-CGT-FO.

Fille d’un agent voyer cantonal et de la directrice de l’école communale de filles de Montivilliers, qui s’étaient mariés dans cette commune en août 1903, Paulette Vauviel commença sa scolarité secondaire au Havre, puis la poursuivit aux lycées de Versailles et Fénelon à Paris. Admissible aux concours des écoles normales supérieures de Sèvres (1925 et 1926) et de Fontenay-aux-Roses (1925), elle entra à l’École normale de l’enseignement technique en 1926 (section A2, sciences physiques). Professeur à l’école pratique de jeunes filles de Creil à partir de 1928, établissement devenu école nationale professionnelle de filles de Creil, elle suivait des cours à la Faculté des Sciences de Paris et encadrait des cours professionnels en application de la loi Astier. Titulaire du certificat d’aptitude à la direction des écoles pratiques (1936), elle obtint la direction de l’ENP de Bourges (Cher) en 1936 et s’employa à réorganiser l’établissement pendant deus années. Nommée directrice de l’ENP de Creil à partir d’octobre 1938, elle assurait en parallèle la direction des cours professionnels. Elle épousa à Creil en mars 1934, l’instituteur Jacques Courseaux. Ils eurent un fils, Henri Courseaux, acteur de cinéma et de théâtre. En avril 1948, le couple divorça.

Militante socialiste SFIO, Paulette Courseaux collaborait au Cri populaire de l’Oise et devint trésorière de l’organisation des Femmes socialistes lors de sa création dans le département en mars 1933. Berthe Fouchère en était la secrétaire, Sarah Weill-Raynal la secrétaire adjointe et Marcelle Biondi l’archiviste.

En mai-juin 1940, elle organisa difficilement l’évacuation des élèves internes dans le Lot. A partir de 1941, l’ENP, étant partiellement occupée par l’armée allemande, elle dirigea l’établissement dont les salles de cours étaient organisés à Nogent-sur-Oise, commune proche de Creil. Elle fut l’objet de difficultés et de malveillances de la part d’une partie du corps enseignant et des parents d’élèves, conséquences de ses opinions politiques selon l’inspecteur.
Proche de la famille Biondi, Paulette Courseaux participa activement à la Résistance au sein du mouvement Libération-Nord. A la Libération, elle contribua à réorganiser l’ENP qui prit le nom de Jules Uhry. Nommée conseillère municipale le 14 septembre 194, élue en 1945, réélue en 1947, elle ne se représenta pas en 1953. Elle fut membre de la commission administrative fédérale de la SFIO en 1945-1946. Elle était en outre membre de la direction départementale de l’Amicale des parents d’élèves lors de sa création dans l’Oise en 1952.
Elle fut candidate à la commission administrative nationale (S3) du Syndicat du personnel de l’enseignement technique au titre des écoles pratiques de filles en 1936. En 1945, elle fut nommée à la sous-commission chargée de la révision de l’avancement et des nominations du personnel administratif des ENP féminines. En 1946, élue membre titulaire du Conseil de l’enseignement technique lors d’une élection partielle à la suite de la démission de l’élue, elle fut également élue titulaire à la commission administrative paritaire nationale des certifiés et assimilés en avril 1948. Sans doute double affiliée au SNET et à la FEN-FO, elle devint, en juin 1948, la secrétaire adjointe du syndicat CGT-FO du personnel de l’enseignement technique.
En octobre 1956, elle fut nommée directrice de l’École normale nationale d’apprentissage de Toulouse (Haute-Garonne). Cette ENNA étant supprimée, elle fut mutée d’office à l’ENNA de Paris en octobre 1964, 44 rue de la Tour qu’elle dirigea jusqu’à sa retraite en 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20917, notice COURSEAUX Paulette [née VAUVIEL Paulette, Marcelle] par Jean-Pierre Besse Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 3 novembre 2017.

Par Jean-Pierre Besse Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17 /17795, 30190/B. — Arch. Com. Creil. — Le Cri populaire de l’Oise, 1924-1939. — L’Oise populaire, 1945-1947 — Presse syndicale dont L’Université FO, journal de la Fédération de l’Education nationale -FO, juin 1948. — Notes de Louis Botella, d’Alain Dalançon et de Julien Veyret — État civil de Montivilliers.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément