BARLET Barthélemy

Par Jean Lorcin

Né le 20 novembre 1925 à Roche-la-Molière (Loire), mort le 4 août 1998 à Saint-Etienne (Loire) ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI, secrétaire général de la section de la Loire, puis secrétaire départemental de la FEN et du CDAL ; militant socialiste, conseiller municipal de Roche-la-Molière.

Barthélemy Barlet (dit Thémy) naquit dans une famille ouvrière. Son père Jean-Pierre était ajusteur aux mines, chargé de l’entretien des chaudières au jour et au fond. Sa mère, née Chambe Marguerite, était modiste à domicile. Barthélemy Barlet avait un frère jumeau, Jean. Ses parents ont été élevés religieusement, mais, si sa mère est restée pratiquante, son père rompit très tôt avec les " calotins " et le jeune Barthélemy fit ses études à l’école laïque de Roche-la-Molière. Le directeur de l’école exerça sur lui une certaine influence. Sa scolarité à l’école primaire supérieure de Saint-Etienne se poursuivit pendant cinq ans, enfin à l’École normale d’instituteurs pendant trois ans (1943-1946). Instituteur dans l’enseignement public depuis 1947, Barthélemy Barlet devint professeur de cours complémentaire puis de collège. Il fit partie des Eclaireurs de France.

Ce militant exerça les fonctions de secrétaire adjoint de la section du Syndicat national des instituteurs (SNI) de la Loire en 1954, puis de secrétaire général de 1955 à 1956 et de 1970 à 1975. Délégué au congrès national du SNI, le 21 juillet 1955, il intervint pour approuver l’action de la la direction. Deux ans plus tard, lors du congrès national, le 18 juillet 1957, il dénonça le minorité de la section départementale, dite « Groupe unitaire démocratique » qui s’apparentait, selon lui, à l’Union des syndicalistes et aux amis de la Révolution prolétarienne. Le 8 novembre 1955, il fut un des signataires de la pétition lancée par la Nouvelle Gauche et divers mouvements sous le titre « Sauvons les condamnés à mort d’Algérie » après des condamnations par les tribunaux militaires.

Par la suite, il devint secrétaire départemental de la Fédération de l’Éducation nationale de 1975 à 1977, puis secrétaire du Comité départemental d’action laïque de 1981 à 1982.

Membre du Parti socialiste, il fut secrétaire de la section locale de Roche-la-Molière de 1981 (environ) à 1990. Candidat du PS aux élections municipales de mars 1989, il fut élu conseiller municipal, mais il démissionna en 1990. Il fut également président du groupe local philatélique, trésorier de l’office municipal Culture, membre de la CA de l’école de musique municipale, de l’association pour le jumelage de Roche-la-Molière, et président de la " Solidarité Roche " du Resto du Cœur.

Sa femme Josette était également institutrice. Elle a fait partie comme lui des Eclaireurs de France. Membre de l’association des parents d’élèves FCPE, elle a exercé en outre des activités syndicales au SNI, où elle était conseillère syndicale, responsable de la commission Maternelle. Le couple eut deux enfants.

Il n’est pas surprenant que ce militant de valeur ait commencé un gros travail resté inachevé, mais d’un grand intérêt, sur la vie de la section de la Loire du SNI depuis 1940.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article209519, notice BARLET Barthélemy par Jean Lorcin, version mise en ligne le 12 décembre 2018, dernière modification le 3 mars 2021.

Par Jean Lorcin

SOURCES : APPo : BA 2293. — Questionnaire communiqué par Claude Cherrier. — Presse syndicale. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément