MANIÈRE Marie, Léonie née DESCHAMPS, Marie, Léonie

Par Axel Barenboim, Justinien Raymond

Née le 11 avril 1826 à Marey-sur-Tille (Côte-d’Or) ; morte le 4 novembre 1887 à Paris (Xe arr.) ; institutrice à Paris ; communarde ; militante socialiste vers 1872.

Institutrice à Paris, Marie Manière fut, sous la Commune de Paris, directrice de l’atelier-école provisoire, 38, rue de Turenne. Elle écrivait au Vengeur, le 3 avril 1871, pour exposer son programme : créer un atelier-école remplaçant l’ouvroir religieux, dans le cadre de l’État ou de la Commune. Il prendrait des élèves âgées de douze ans, leur donnerait une formation théorique et pratique ; parmi les maîtresses, on trouverait des ouvrières, mêlées à d’autres plus intellectuelles. « L’échange de connaissances qui aurait lieu entre ces diverses intelligences, s’exerçant côte à côte, constituerait un milieu très favorable à un enseignement progressiste entièrement dégagé de préjugés. »
Le 16 avril, la veuve Manière fut arrêtée à Sèvres ; elle fut trouvée porteuse de journaux de la Commune et de onze affiches de l’Appel de la Commune de Paris aux départements.
Dans ses Mémoires, Louise Michel écrit qu’elle « avait soumis un plan pour faire disparaître les religieuses de l’enseignement. »

Elle assista comme déléguée aux séances du congrès ouvrier de France qui se tint à Paris du 2 au 10 octobre 1876. Intervenant le 6 octobre sur « Apprentissage, enseignement professionnel », elle demanda « l’égalité d’enseignement pour les hommes et les femmes et le développement d’écoles professionnelles par les chambres syndicales. »

Marie Manière fit partie des trois femmes poursuivies (avec Marie Bonnevial, institutrice, et Floch, lingère) pour la tentative d’organisation d’un Congrès socialiste international à Paris en 1878, à côté de Jules Guesde et de Gabriel Deville. Elle était déléguée d’un groupe d’institutrices. Elle fut relaxée.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article209617, notice MANIÈRE Marie, Léonie née DESCHAMPS, Marie, Léonie par Axel Barenboim, Justinien Raymond, version mise en ligne le 14 décembre 2018, dernière modification le 30 juin 2020.

Par Axel Barenboim, Justinien Raymond

SOURCES : L’Avant-Garde, IIe année, n° 38, 4 novembre 1878, pp. 2-3. — Arch. PPo., B a/ 1 035. — Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1871. — Compte rendu du congrès de 1876. — Maitron, période 3. — Claudine Rey, Annie Gayat, Sylvie Pepino, Petit dictionnaire des femmes de la Commune, Édition Le Bruit des autres, 2013 (sous le nom de Marie Deschamps). — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément