MODOSKY Jean

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 23 septembre 1924 à Paris (XIIIe arr.), mort en action le 3 mai 1944 à Vic-de-Chassenay (Côte-d’Or) ; menuisier ; résistant des Forces françaises combattantes (FFC) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Jean Modosky était le fils de Fanny Modosky, âgée de 22 ans, originaire d’Odessa (Russie), cuisinière et de père inconnu.
Enfant de l’Assistance publique et pupille de la Seine, il fut élève à l’école d’Alembert, à Montévrain (Seine-et-Marne). Il fut ensuite placé à Lormes (Nièvre) puis adopté par monsieur Simon Monnier, domicilié à Dun-les-Places (Nièvre). Il était célibataire et exerçait le métier de menuisier.
Il entra dans la Résistance le 27 janvier 1944 au maquis Bertrand puis fut affecté le 23 mars au camp n°2 du maquis de Thostes-Beauregard (Côte-d’Or), dépendant du maquis Henri-Bourgogne. Le 3 mai 1944 le maquis Bourgogne fut attaqué et encerclé par l’ennemi. Au lieu de se rendre Jean Modosky épuisa toutes ses munitions et fut finalement mortellement blessé par une balle ennemie. Il succomba vers 13h30 au lieu-dit "La Goutte". Un acte de décès fut dressé le jour même au nom de "un inconnu correspondant au signalement suivant : vingt ans environ, taille : un mètre soixante quinze environ, cheveux châtain foncé frisés, imberbe, porte une bague en métal Jaune avec les initiales "M. J." à l’auriculaire droit, et une trace de port de bracelet-montre au poignet gauche. Dressé le 3 mai mille neuf cent quarante quatre, six heures du soir, sur la déclaration de Georges Chapuis, 42 ans, gendarme domicilié à Semur-en-Auxois" (Côte-d’Or).
Il fut inhumé à Vic-de-Chassenay puis dans le carré des corps restitués au cimetière communal, à Dun-les-Places (Nièvre).
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 5 novembre 1945 notifiée par bulletin du Secrétariat général des Anciens combattants et victimes de guerre du 6 décembre 1945, transcrite sur l’acte de décès le 10 décembre 1945.
Il fut homologué aux Forces françaises combattantes (FFC) et aux Forces françaises de l’intérieur (FFI) [SHD Vincennes dossier GR 16 P 422116].
Son nom figure sur la stèle commémorative, à Vic-de-Chassenay (Côte-d’Or) et sur la plaque commémorative de l’école d’Alembert, à Montévrain (Seine-et-Marne). Le Mémorial genweb donne l’orthographe Modowsky et indique le décès la date du 26 juin 1944 devant l’église de Dun-les-Places, avec les autres massacrés, ce qui peut laisser penser que ce sont deux personnes différentes. Or, il n’y a bien qu’un seul Jean Modosky et non Modowsky qui était déjà décédé lorsque le massacre de Dun a eut lieu.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article209619, notice MODOSKY Jean par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 15 décembre 2018, dernière modification le 24 juillet 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Dossier AVCC AC 21 P 100142.— Gilles Hennequin Résistance en Côte-d’Or tome III Dijon 1993 pages 141 et 146 et tome IV, 1997, imp. Darantière, Dijon-Quetigny.— Mémorial Genweb.— État civil (actes de naissance et décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément