COUSTAL Robert, Édouard

Par Jacques Girault, Claude Pennetier

Né le 31 décembre 1912 à Paris (XIIe arr.), mort le 28 février 1998 à Stains (Seine-Saint-Denis) ; instituteur ; militant socialiste SFIO ; secrétaire général de la section de la Seine du SNI (1949-1952) ; secrétaire général de la MGEN (1961-1977).

Fils d’un commis des PTT devenu contrôleur puis chef de section, Robert Coustal fut élève de l’École normale d’instituteurs d’Auteuil de 1929 à 1932. Il appartenait alors à un groupe d’Union générale des étudiants de l’enseignement animé par des militants communistes. Dans le même temps, il participa à la création d’un groupe d’étudiants socialistes. Nommé instituteur à Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne) pendant l’année scolaire 1932-1933, il obtint un poste à l’école de la place Jeanne-d’Arc dans le XIIIe arr. de Paris qu’il retrouva après son service militaire en 1935-1936.
Robert Coustal se maria en juillet 1932 à Paris (XIIe arr.). Le couple habita rue Nationale (XIIIe arr.), puis, à partir de 1937, rue Jules-César (XIIe arr.).
La police interpella Robert Coustal lors de la manifestation des fonctionnaires du 30 janvier 1934. Adhérent du SNI, il participa à la grève générale du 12 février 1934. Domicilié dans le XIIe arrondissement, il prenait part aux activités du mouvement coopératif des Jeunesses socialistes et de la section socialiste SFIO.
Mobilisé au début de la guerre, il fut fait prisonnier en Belgique pendant l’offensive de mai 1940 et fut envoyé en captivité en Allemagne. Il fut libéré en avril 1945.
En 1946, Coustal entra au conseil syndical de la section de la Seine du Syndicat national des instituteurs. L’année suivante, il représenta le SNI à la commission administrative ministérielle de reclassement des anciens combattants et victimes de guerre. Il fit partie du comité de grève pendant le mouvement de novembre 1947. Dans le même temps, devenu membre du bureau départemental et secrétaire général adjoint de la section, responsable de L’École libératrice, il prit part en 1948 à l’installation de la première commission administrative paritaire de la Seine. Il devint secrétaire général de la section syndicale en 1949, tout en étant secrétaire général adjoint du Syndicat de l’enseignement de la région parisienne, section de la Fédération de l’éducation nationale. Il fut détaché en 1950 comme délégué syndical à la Bourse du travail et comme secrétaire permanent du SERP. Il fut assesseur de la séance du conseil national du SNI, le 27 décembre 1950.
En 1952, Robert Coustal reprit un poste de maître de cours complémentaire tout en gardant ses responsabilités dans les bureaux départementaux du SERP et du SNI. En 1956, il entra au bureau national du SNI pour s’occuper de la commission des affaires sociales. Il le quitta en 1961. Il siégeait comme titulaire à la commission administrative nationale de la FEN en 1950-1951 et en 1960-1961, comme suppléant de 1953 à 1959 et en 1962. Il fit partie des commissions laïques (1950), de la jeunesse (à partir de 1950), d’éducation sociale (1951).
À partir de décembre 1958, Coustal assurait le secrétariat de l’association « Pour un mouvement syndical uni et démocratique ». En 1962, lors d’une réunion du PUMSUD, il exprima son regret que le mouvement n’ait pas été partie prenante des divers colloques sur l’éducation nationale tout en faisant remarquer que certaines composantes de l’organisation n’auraient pas donné leur accord, position qui aurait créé des difficultés puisque la règle était celle de l’unanimité.
Robert Coustal, membre du Parti socialiste unifié (PSU) depuis sa création, siégea à la commission nationale pendant quelques années.
Administrateur de 1956 à 1963, il présida la caisse primaire centrale de Sécurité sociale de la Région parisienne en 1956-1957. À la MGEN, il fut élu en 1961, administrateur national, membre du bureau national et secrétaire général chargé de l’administration générale, de la presse, du personnel, des liaisons intérieures (sections départementales) et extérieures. Il présentait le rapport d’activité lors des assemblées générales. Il abandonna ces mandats en juillet 1977.
Parallèlement, Robert Coustal était le trésorier de la Fédération des maisons familiales de vacances laïques dans le cadre de la Ligue de l’enseignement.
À la fin de sa vie, Coustal séjourna dans une maison de retraite Donation Brière de la MGEN à Fontenay-en Parisis (Val-d’Oise).
Son fils François, né en 1950, fut un actif militant de la LCR et le coauteur de C’était la Ligue, ouvrage dans lequel il livre une autobiographie évoquant ses parents.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20976, notice COUSTAL Robert, Édouard par Jacques Girault, Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 3 novembre 2020.

Par Jacques Girault, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. PPo, RG 489435. — Arch. FEN, 3 BB 161 (L. Frajerman). — Documentation MGEN (R. Crozet). — Presse syndicale. — Notice DBMOF, par Jean Maitron et Claude Pennetier. — Renseignements fournis aux auteurs en 1983. — Notes de R. Hirsch et A. Lainé. — Hélène Adam, François Coustal, C’était la Ligue, Syllepse, Arcane 17, 2019.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément