LECELLIER Pierre

Par Christian Richard, Michel Thébault

Né le 18 mars 1924 à Paris XVème arr. (Seine), exécuté sommairement le 3 juillet 1944 au lieu-dit La Couarde, commune de Verrières (Vienne) ; résistant FTPF, maquis Amilcar.

Pierre Lecellier était le fils de Marcel Lecellier, volailler à Paris, et d’Aimée, Marguerite Lagrange. Son père, ancien combattant de la guerre 1914 – 1918, décoré de la Croix de guerre, s’était marié, peu après sa démobilisation, le 14 octobre 1920, à Paris, à la mairie du VIIème arrondissement, avec Aimée Lagrange, originaire de la Creuse et exerçant à Paris la profession de crémière. Le couple eut trois enfants, Charles né le 8 août 1921, Yvette née en 1922 et Pierre né le 18 mars 1924, toujours à Paris. Au début de la seconde guerre mondiale, la famille, tenant un commerce de volailler, était toujours installée dans la capitale. Le frère aîné Charles parvint à rejoindre l’Afrique du Nord pour s’engager dans l’armée française et participa à la Libération de la Corse en 1943. Pierre Lecellier menacé par la réquisition du STO choisit, sans doute en 1943, de quitter Paris. Utilisant les relations de famille, il vint se réfugier dans le département de la Vienne à Persac, où résidait sa tante paternelle, Désirée Desvignes, née Lecellier. Il s’engagea, à une date qui reste à préciser, dans la Résistance, rejoignant le maquis FTPF « Amilcar » (Robert Artaud), installé au sud de Montmorillon, à la limite de la Haute-Vienne. Entre le 6 juin et le 12 juin 1944, des parachutistes britanniques SAS furent parachutés dans l’Indre et dans la Vienne. Ces unités parachutistes avaient pour objectif d’apporter une aide aux maquisards lors des opérations de harcèlement accompagnant le débarquement en Normandie. Le groupe vint s’installer dans plusieurs camps successifs dans l’est du département de la Vienne et reçut en soutien le 13 juin, 12 maquisards FTPF du maquis Amilcar, formant le groupe Maurice et dont Pierre Lecellier fit partie. Fin juin, Le nouveau maquis était installé dans le secteur de L’Hommaizé (Vienne) et de Verrières (Vienne). Le 3 juillet 1944 à l’aube, le maquis fut encerclé par des unités allemandes venues de Poitiers. Dans le combat qui s’acheva vers 9 heures, Pierre Lecellier fut fait prisonnier avec six autres camardes du groupe Maurice. Retenus toute la matinée prisonniers et peut-être frappés, ils furent finalement exécutés sommairement vers 12 heures 30 au lieu-dit La Couarde. Inhumé dans un premier temps au cimetière de Verrières, son corps fut transféré en 1945 au cimetière de Persac où il repose depuis lors.
Il obtint la mention mort pour la France et reçut la Médaille militaire à titre posthume le 4 janvier 1951. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Persac et sur le monument commémoratif de La Couarde.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article209950, notice LECELLIER Pierre par Christian Richard, Michel Thébault, version mise en ligne le 28 décembre 2018, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Christian Richard, Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Seine (État civil en ligne) — SHD CAEN AVCC Cote AC 21 P 70514 — Christian Richard 1944, Le Special Air Service en Poitou Geste Éditions 2018 — Site internet VRID (Vienne, Résistance, Internement, Déportation) — Mémoire des Hommes — Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément