ROUYET Ernest, Joseph, Jean [pseudonyme dans la résistance : Pedro]

Par Eric Panthou

Né le 26 décembre 1897 à Brioude (Haute-Loire), blessé au combat puis exécuté sommairement par les Allemands le 20 juin 1944 à Anterrieux (Cantal) ; ouvrier Michelin ; membre de la CGT ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et de Franc-Tireur.

Ernest Rouyet est le fils de Jean Joseph, cultivateur et Alexandrine, née Roussel, ménagère de Brioude. Il s’était marié avec Marie Fugier le 5 mars 1921 à Sainte Florine (Haute-Loire) et avait un fils, André, né en 1921.
Il était ouvrier chez Michelin au service BFM et habitait 123 rue du Courage, cité Michelin du quartier de la Plaine à Montferrand. Il était membre du syndicat CGT des produits chimiques, section Michelin. Il a vécu auparavant à Saint-Germain-Lembron (Puy-de-Dôme).

Ernest Rouyet a rejoint Franc-Tireur en mars 1943 sous les ordres du responsable du groupe, Magnol alias Lorette, et ce jusqu’à son départ au maquis. Il quitta son emploi chez Michelin le 24 mai 1944 et s’engagea dans les FFI des Maquis d’Auvergne, répondant à l’appel lancé par le colonel Gaspard. Il participa aux combats du Mont-Mouchet les 10 et 11 juin 1944 au sein de la 7è compagnie, en tant que sergent-chef de la 4è section sous le nom de guerre Pedro et sous les ordres du capitaine Coupat, alias Paul. Cette compagnie était composée en particulier de salariés Michelin issus de Francs-Tireurs.

Elle fut formée début mai 1944 dans les Burons de Montgon au Mont-Mouchet. Après les combats du Mont-Mouchet, la 7ème Compagnie au complet rejoignit les réduits du maquis du réduit de la Truyère. A Anterrieux, commandée par le capitaine Paul elle fut chargé de la protection du réduit de Chaudes-Aigues (Cantal). Le 20 juin 1944, elle va s’étendre sur un front de dix kilomètres et se battra toute la journée contre trois colonnes allemandes venant de Saint-Guéry, Saint-Urcize et du Pont-Rouge après avoir contourné Chaudes-Aigues. Au soir de cette journée du 20 juin 1944, la 7é Compagnie est anéantie mais elle a permis en grande partie, malgré le bombardement par l’aviation et le mitraillage, l’évacuation du réduit de la Truyère. Outre le capitaine Coupat et le lieutenant Louis Cahen, alias Couturier, la Compagnie eut 36 morts, 22 disparus et 40 blessés.
Ernest Rouyet figure parmi les victimes. Il fut blessé et achevé par les allemands sur la place d’Anterrieux (Cantal) le 20 juin. Son fils, André Rouyet, lui aussi engagé dans la même compagnie fut tué le même jour au même endroit.

Ernest Rouyet a été reconnu “Morts pour la France, tué au combat, homologué FFI pour la période du 26 mai au 20 juin 1944, avec le grade de sergent. Il a également reçu la carte d’Interné-Résistant (DIR). Le 8 avril 1952 il a reçu à titre posthume la carte de combattant volontaire de la Résistance (CVR).

Son nom figure sur le monument aux Morts 1939-1945 rue Diderot à Clermont, sur celui de la Résistance à d’Anterrieux et sur le Monument aux Morts et la plaque Commémorative Plaque commémorative Cantonale des déportés du travail de Saint-Germain-Lembron. Il est inhumé au cimetière de Montferrand. Le Musée de la Résistance à Anterrieux présente un tableau où figurent l’ensemble des morts de la 7e Compagnie avec leur portrait.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article209958, notice ROUYET Ernest, Joseph, Jean [pseudonyme dans la résistance : Pedro] par Eric Panthou, version mise en ligne le 29 décembre 2018, dernière modification le 21 juin 2020.

Par Eric Panthou

Sources : AVCC Caen, AC 21 P 145643 et AC 21 P 667542, dossiers Ernest Rouyet (nc) .— SHD Vincennes : GR 16 P 525943, dossier de résistant d’Ernest Rouyet .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme : 2546 W 8930. Dossier demande attribution carte CVR pour Ernest Rouyet .— Jean Favier, Mémorial du réduit de la Truyère, Aurillac, Union des ACVG - CVR du Cantal, Musée de la Résistance d’Anterrieux, 2008 .— Bulletin intérieur Michelin, n°11, janvier 1945 .— archives privées Michel Bertrand, Clermont-Ferrand .— "Pourquoi cette Rue Sauvestre et la Rue Rouyet", document dactyl., 1 p., archives privées Georges Vacher .— Mémoire des Hommes .— MémorialGenweb .— Liste des camarades fusillés déportés ou sans nouvelles du syndicat des produits chimiques (Archives Henri Verde, UD CGT 63).— État-civil Brioude.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément