GOMEZ Joaquim [pseudonyme dans la résistance : Célestin]

Par Eric Panthou

Né le 18 novembre 1914 à Mostaganem (Algérie), exécuté sommairement par la police allemande et des miliciens le 22 avril 1944 à Araules (Haute-Loire) ; manœuvre, résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP) du camp Wodli.

Joaquim, parfois orthographié par erreur Joachim, Gomez est le fils de Moriano et de Carmen, née Munoz. Il était né dans l’ancien département d’Oran (Algérie) à Mostaganem. Il était manœuvre et avait épousé Utrillas Trujillo. Il habitait 4 rue de l’Ermitage à Rochevieille, commune d’Alès (Gard).
Il rejoignit la résistance au sein des Francs-Tireurs et partisans de la Haute-Loire.
Suite à l’exécution d’un milicien à Yssingeaux (Haute-Loire) le 17 avril par la Résistance, une vaste opération fut menée par la police allemande aidée de miliciens dans le secteur d’Yssingeaux le 22 avril 1944. Plusieurs personnes furent arrêtées, des jeunes maquisards exécutés sommairement, ainsi que plusieurs civils soupçonnés d’être des maquisards ou de les avoir aidés.
Un groupe de réfractaires au STO avait trouvé refuge dans l’un des hameaux d’Araules, à Montbuzat, lieu-dit de Chièze. La population les aidait et assistait pour subsister. Le 22 avril, des jeunes arrivent à Arnissac et signalent que les Allemands sont en train d’effectuer une opération dans ce secteur. Ils pensent que le groupe de Chièze a été prévenu mais l’alerte a été donnée trop tard.
Les Allemands venant d’Arnissac, en voiture, puis à pied, en file indienne, débouchent sur une plaine et envoient une rafale de mitraillette sur une ferme abandonnée ; deux maquisards, Salvatore Janello et Joaquim Gomez sont surpris devant la porte de l’étable et sont abattus de plusieurs rafales de mitraillettes à 13 heures. Trois de leurs camarades qui se trouvaient à l’intérieur, réussirent à s’enfuir par une fenêtre. Ils ne furent pas retrouvés par les Allemands. Ces jeunes appartenaient au camp FTP Wodli en Haute-Loire.
Joaquim Gomez a été reconnu « Mort pour la France », homologué FFI.
Une stèle commémorative érigée en 1945 à Araules, rappelle ces événements tragiques qui coûtèrent la vie à neuf personnes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article210111, notice GOMEZ Joaquim [pseudonyme dans la résistance : Célestin] par Eric Panthou, version mise en ligne le 3 janvier 2019, dernière modification le 5 février 2022.

Par Eric Panthou

Sources : AVCC : AC 21 P 193802. Dossier de Joaquim Gomez (non consulté) .— SHD Vincennes : GR 16 P 262250. Dossier de résistant de Joaquim Gomez (non consulté) .— Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé. Les monuments de la résistance en Haute-Loire, Le Puy, éditions de la Société académique, 1983 .— Listes des morts du camp Wodli. Archives privées Alphonse Rozier .— MémorialGenweb .— état civil Araules.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément