RIVOLLIER Jean-Marie

Par Michelle Destour

Né le 14 septembre 1909 à Rive-de-Gier (Loire), résistant mort au combat le 20 août 1944 à la Madeleine, lieu-dit chez Nallet, Tartaras (Loire) ; métallurgiste ; sergent des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) appartenant au groupe-franc de Louis Albert, Armée Secrète de la vallée du Gier.

Fils de Jules, manoeuvre et de Perrine Piégay, tous deux domiciliés à Saint-Martin-La-Plaine (Loire), Jean-Marie Rivollier était marié à Marie Jeanne Audin.
Le 2 septembre 1939, il fut affecté au dépôt d’Artillerie 313. Le 30 décembre 1939, il fut classé Affecté spécial pour une durée indéterminée aux Établissements Claveyrolas à Rive-de-Gier où il était domicilié. Résistant sédentaire, il rejoignit l’AS de la Vallée du Gier le 1er janvier 1943.
Dès le 19 août 1944, les troupes d’occupation quittèrent Saint-Etienne pour Lyon (Rhône). Le 20 août 1944, sur la nationale 88, des résistants de l’AS harcelèrent les derniers convois à la hauteur de la Madeleine, lieu de confluence de plusieurs communes. En milieu de journée, en contrebas de la route, près du mur de l’ancien canal, le groupe-franc de Louis Albert repéra un camion militaire accidenté et vraisemblablement abandonné depuis la veille. Sur leurs gardes, les résistants s’emparèrent du matériel, Jean-Marie Rivollier restant juché en sentinelle sur un accotement. À un moment, une traction-avant noire suivie par une escorte de soldats arriva sur les lieux et s’arrêta ; un des occupants en descendit et donna un ordre en déclinant son identité : Gustav Neumann, adjoint au chef de la Gestapo de Saint-Etienne. Les FFI ouvrirent immédiatement le feu abattant Neumann, Louis Lalloué (un responsable de la Milice stéphanoise) et des soldats de l’escorte. Dans le combat, les allemands tuèrent Jean-Marie Rivollier et blessèrent trois de ses camarades.
Jean-Marie Rivollier est déclaré "Mort pour la France".
Son nom figure sur les Monuments aux Morts de Rive de Gier, de Saint-Martin-la Plaine, Saint-Maurice-sur-Dargoire (Rhône). Une stèle commémorative, fleurie chaque année, rappelle son sacrifice au lieu-dit Chambon sur la commune de Saint-Maurice-sur-Dargoire (Rhône).
Aucun acte de décès n’a été établi par la commune de Tartaras, ni par celle de Saint-Maurice-sur-Dargoire. Un acte de transcription de décès sur le registre Saint-Martin-La-Plaine indique La Madeleine, lieu-dit chez Nallet à Tartaras, comme lieu de décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article210144, notice RIVOLLIER Jean-Marie par Michelle Destour, version mise en ligne le 4 janvier 2019, dernière modification le 20 février 2021.

Par Michelle Destour

SOURCES : AVCC, Caen, 21P 143888. --- Arch. Dép.. Loire : Registres matricules 1929 - Mémoire des Hommes — Michelle Destour : Rive de Gier, une ville ouvrière dans la guerre, Ed. Sutton, 2013. — État-Civil de Rive-de-Gier (Loire), Saint-Martin-La-Plaine et Tartaras.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément