COUTURIER Gérard, Robert, Louis

Par Jacques Girault

Né le 2 février 1934 à Paris (XVIIIe arr.) ; professeur d’éducation physique ; militant syndicaliste du SNEP ; militant communiste des Pyrénées-Orientales.

Fils d’un employé de banque, Gérard Couturier reçut les premiers sacrements catholiques. Habitant Les Mureaux (Seine-et-Oise), élève du cours complémentaire de Meulan (Seine-et-Oise), il entra à l’École normale d’instituteurs de Versailles (Seine-et-Oise) en 1950. Il prépara au Centre régional d’éducation physique et sportive de Dinard (Ille-et-Vilaine) l’École normale supérieure d’éducation physique où il entra en 1955. Il y adhéra au Syndicat national des professeurs d’éducation physique. Il fut un des responsables du cercle de l’Union des étudiants communistes créé en 1957 et participa alors au festival mondial de la jeunesse à Moscou. Il adhéra du Parti communiste français en décembre 1956.

Athée, il se maria uniquement civilement en avril 1958 à Paris (XIIe arr.) avec une fille d’instituteurs. Il effectua son service militaire de septembre 1959 à novembre 1961. Rayé des EOR dans un régiment d’Infanterie à Versailles pour des raisons politiques, il fut muté dans une école d’enfants de troupes dans l’Eure. Envoyé en Algérie en octobre 1960 comme caporal-chef au camp de Nouvion (corps d’armée d’Oran), il organisa la résistance des appelés de son régiment d’infanterie de Marine lors du putsch d’avril 1961.

Titulaire du certificat d’aptitude au professorat depuis 1958, Gérard Couturier fut nommé à son retour d’Algérie professeur d’éducation physique au collège mixte de Saint-Mihiel (Meuse) puis au CREPS de Reims (Marne) de 1963 à 1968, spécialisé dans les sports de combat. Il obtint en 1968 un poste au lycée François Arago de Perpignan (Pyrénées-Orientales) où il resta jusqu’à sa retraite en 1995, après avoir obtenu l’agrégation interne en 1989.

Secrétaire de la section communiste de Lérouville, il entra au comité de la fédération de la Meuse en 1962. Membre de la commission « éducation » de la fédération communiste des Pyrénées-Orientales, en 1977, il figurait en quatrième position sur la liste d’Union de la gauche pour les élections municipales de Perpignan. Il quitta le PCF en 1981, après la rupture de l’union de la gauche et la victoire de François Mitterrand.

Gérard Couturier, était secrétaire de la section des Pyrénées-Orientales du SNEP (1970-1975), fut membre du bureau de la section académique et suppléant de la commission administrative nationale sur la liste « Unité et Action ».

Dans la Fédération sportive et gymnique du travail, Couturier participa à des stages pédagogiques (Malakoff, stages Maurice Baquet), anima le stage de Font-Romeu (République des sports). Durant les années 1970, il publia plusieurs articles sur l’enseignement des sports de combat dans le cadre d’une approche pédagogique rénovée sur des bases didactiques renouvelées. Militant d’une approche culturelle de l’enseignement de l’EPS, respectant la logique interne des activités supports, il défendait néanmoins la nécessité de les adapter aux caractéristiques des élèves. Actif au sein de la commission pédagogique du SNEP, il en devint un des animateurs durant les années 1970. Il encadra la formation des enseignants d’éducation physique et sportive de l’Institut universitaire de formation des maîtres. Il fit partie de la commission nationale de réflexion sur la discipline (1983-1986) puis plus tard du centre EPS et Société fondé par le SNEP, dirigeant l’ouvrage L’EPS face au sport. 15 acteurs témoignent en 1999.

Membre du groupe de travail de la FSGT en Roumanie en 1969, Couturier participait à son conseil pédagogique et scientifique de sa création à 1978, responsable du judo. Il présida le comité Roussillon de la FSGT (1970-1980), organisa l’épreuve des 100 kilomètres du Travailleur catalan et participa au groupe d’études franco-québécois aux Jeux olympiques de Montréal (1976) pour le judo de haute performance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21015, notice COUTURIER Gérard, Robert, Louis par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 août 2021.

Par Jacques Girault

ŒUVRE : avec Adami Jean-Pierre, Judo, A. Colin-FSGT, 1975, 2 vol, 62 p. et 24 p. — Jean Guimier, 1913-1975, Une vision politique et culturelle pour l’éducation physique et le sport, L’Harmattan, Espace et temps du sport, 2001, 228 p. — Gérard Couturier (dir.), À l’épreuve de la Guerre d’Algérie Des profs d’EPS témoignent, Institut de recherches de la FSU-Centre EPS et société, Syllepse, 2005, 242 p.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Bulletin du SNEP, Contre-pied. — Notes de M. Attali. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément