CONTENSOU Raymond

Par Patrick Bec

Né le 28 juillet 1924 à Loupiac (Cantal), mort en action le 11 juin 1944 à Clavières (Cantal) ; élève-maître ; résistant au sein des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Raymond Contensou, né à la gare de Loupiac, était le fils de Albert, Marie Contensou, employé de chemin de fer originaire de Junhac (Cantal) et Céline Mealet. Il était élève-maître au lycée Emile Duclaux à Aurillac et demeurait chez ses parents à Saint-Santin-Cantalès (Cantal). Il passa son baccalauréat de philosophie terminant ses études le 3 juin 1944 et rejoignit la 26e Compagnie de FFI dès le lendemain, affecté à la section Lambert. Il retrouva un camarade surveillant au lycée avec lui, Roger Puzenat. Ce dernier reçut un fusil-mitrailleur tandis que Raymond Contensou était chargé de porter les chargeurs de cette arme.
La 26ème Compagnie participa aux combats de Clavières (Cantal), le 11 juin 1944, dans le cadre de la bataille du Mont-Mouchet opposant une concentration de plusieurs milliers de résistants à l’appel des Mouvements Unis de la Résistance, aux troupes allemandes. Voici le récit que fait Eugène Martres de ces événements :
« En fin de matinée (10 - 11 heures) les troupes allemandes se présentaient à l’entrée du village de Clavières. Le bazooka tira et jeta au fossé la première voiture de reconnaissance blindée mais les servants du bazooka furent tués par la riposte ennemie. Dans Clavières un nouveau combat s’engagea jusqu’à 12 ou 13 heures, les maquisards faisant front au fusil mitrailleur et à la grenade. C’était un mélange de soldats chevronnés et d’adolescents inexpérimentés.
Il y avait les gendarmes de la brigade de Laroquebrou ; ils savaient se servir des armes. Ils protégèrent les jeunes, inexperts, ils les dégagèrent parfois à la grenade, ils les firent reculer à l’abri des murs et des haies. Vers 13 heures Clavières fut évacué. La 26e cie, déjà fortement éprouvée, prit position au nord-est du village et continua à tirer sans interruption jusqu’à 16 heures. (...) Il semble que des éléments motorisés [allemands] avançaient par progressions courtes mais rapides. Des maquisards, postés sur les hauteurs, les voyaient monter "très vite". Puis ces voitures s’arrêtaient et attendaient que l’infanterie ait assuré les abords de la route. Au cours de cette progression vers le centre du dispositif, d’autres maquisards tombèrent, par petits groupes, soit qu’ils aient tenté de former des bouchons pour arrêter l’avance ennemie, soit qu’ils aient été surpris dans leur retraite. (...) Le 11 juin à parti de 16 heures (?) le combat s’éteint dans le secteur de Clavières. 35 à 40 tués jonchent le terrain. »
C’est lors de ces combats que Raymond Contensou fut tué près de Puech-Farrat. Il avait 20 ans.

Son décès a été établi par un jugement du tribunal civil de Saint-Flour en date du 16 janvier 1947.

La stèle de Puech-Farrat et un panneau explicatif placé à proximité évoquent les derniers combattants de la 26e Cie avec le sous-lieutenant Bories : "Juin 1944 Ici tombèrent 15 héros de la Résistance"
Le nom de Raymond Contensou figure sur la stèle commémorative "A la mémoire des patriotes de la 26ème compagnie venus de Laroquebrou, tombés à Clavières le 11 juin 1944" avec 35 autres noms.
Dans le cimetière communal de Saint-Santin-Cantalès au milieu de la tombe collective, une plaque est posée avec les noms des 8 Maquisards originaires de la commune dont Raymond Contensou.
Son nom est également inscrit sur le monument commémoratif devant la mairie de St-Santin-Cantalès, ainsi que sur la plaque posée dans le hall d’entrée principal du lycée Emile Duclaux à Aurillac (Cantal) "A la mémoire des anciens élèves du collège et du lycée d’Aurillac".
Il a été déclaré "Mort pour la France", homologué FFI.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article210240, notice CONTENSOU Raymond par Patrick Bec, version mise en ligne le 6 janvier 2019, dernière modification le 24 février 2021.

Par Patrick Bec

SOURCES : AVCC, dossier Raymond Contensou : AC 21 P 48306 (non consulté) .— SHD Vincennes, dossier de résistant de Raymond Contensou : GR 16 P 14099 (non consulté) .— Jean Favier, Lieux de mémoire et monuments du souvenir, Albédia, Aurillac 2007 .— Manuel Rispal, Tout un monde au Mont-Mouchet, Ytrac, éditions Authrefois, 2014. — Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945 - Les troupes allemandes à travers le Massif Central, Cournon, De Borée 1993 .— La 26e Compagnie. Laroquebrou - Clavières, édition établie par Jean Favier, éditions de l’Association du Musée de la Résistance d’Anterrieux, 2010. — État civil (AD 15) et Clavières. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément