DVORAK Venceslas, dit Vincent DWORAK

Par Eric Panthou

Né le 31 décembre 1913 à Holthausen (Allemagne), mort avant son retour de déportation le 10 mai 1945 à Mathausen (Autriche) ; Tchecoslovaque naturalisé français ; employé SNCF ; résistant.

Venceslas Dworak était Tchécoslovaque et fut naturalisé français en 1935.
Il entra à la Compagnie PLM des chemins de fer le 1er mars 1937 où il occupa un poste d’homme d’équipe à la gare d’Arvant, commune de Bournoncle-Saint-Pierre (Haute-Loire). Il habitait Vergonghéon (Haute-Loire).
Il fut arrêté le 26 avril 1944 à Saint-Etienne (Loire) et interné dans un premier temps à la prison Saint-Paul à Lyon (Rhône) à partir du 28 avril pour activité clandestine et vol à main armée. Il est parti de Lyon le 29 juin dans un convoi de déportés livrés par le gouvernement de Vichy. A proximité de Lyon, il parvint à lancer un petit mot sur la voie qui parviendra à sa mère.
Il est arrivé à Dachau le 2 juillet 1944. il fut ensuite transféré le 18 août 1944 au camp de Mauthausen (Autriche). Il fut le lendemain de son arrivée admis au Revier. Puis il fut successivement affecté à Linz III le 15 septembre comme manœuvre pour construire des armes, au camp central le 14 décembre où il est conduit à l’infirmerie pour plusieurs semaines. Il est ensuite envoyé au camp d’Amstetten le 23 mars 1945 pour déblayer une gare bombardée. Mais il doit de nouveau être admis à l’infirmerie du camp central le 9 avril 1945. A la fin du mois, jugé en trop mauvais état, il ne put être incorporé à l’un des trois convois de la croix-Rouge venus rapatrier les Français et Belges présents au camp. Il est décédé le 10 mai 1945, cinq jours après l’entrée des Américains dans le camp, alors qu’il était encore à Mathausen.
Son nom figure sur trois stèles en mémoire aux employés SNCF morts durant la guerre : au Puy-en-Velay, à Clermont-Ferrand, à Bournoncle-Saint-Pierre. A Bournoncle-Saint-Pierre, il s’agit d’une plaque à son nom seul, sur le quai de la gare d’Arvant. Dans la gare du Puy-en-Velay, sur la plaque avec la liste des victimes de la SNCF, il est indiqué "Arvant" en face de son nom. Il a vraisemblablement été arrêté à cet endroit.
Il est orthographié Deverak Vincent sur la base en ligne de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. Un portrait de lui figure dans le livre Mémorial des Cheminots.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article210294, notice DVORAK Venceslas, dit Vincent DWORAK par Eric Panthou, version mise en ligne le 7 janvier 2019, dernière modification le 28 décembre 2019.

Par Eric Panthou

SOURCES : AVCC : AC 21 P 446814 .— Adeline Lee, Notice biographique de Venceslas Dworak. in Cheminots victimes de la répression, 1940-1945. Mémorial, Paris, Perrin, 2017 .— Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé. Les monuments de la résistance en Haute-Loire, Le Puy, éditions de la Société académique, 1983 .— MémorialGenweb .— http://www.monument-mauthausen.org/88924.html

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément