BOUCLIER Pierre

Par Gauthier Langlois

Né vers 1807, chauffeur, coupeur de poils de lapin ; quarante-huitard.

Pierre Bouclier était chauffeur chez un certain M. Barbon. Il résidait en 1848 à Paris, 9 rue Barbet.

Il appartenait à un groupe de démocrates socialistes qui prêchaient les idées de Proudhon et qui étaient dirigés par le professeur de mathématiques Édouard Merlieux. Il comparut avec ses amis devant la Cour d’assise de la Seine, le 7 février 1849, pour les propos qu’ils avaient tenus ou tolérés le 16 octobre au « Club de Cambronne » présidé par l’étudiant en médecine Jacques-Henri Valleton et dont Bouclier tenait lieu de secrétaire. Ils furent condamnés aux peines suivantes : Édouard Merlieux à un an de prison et 500 francs d’amende ; Valleton à deux mois de prison, 200 francs d’amende et trois ans d’interdiction de droits civiques ; le professeur de mathématique Charles-Sylvestre Muirson à un mois de prison, 200 francs d’amende et deux ans d’interdiction de droits civiques ; les frères Charles et Henri Dupouey à 200 francs d’amende chacun. Seul Pierre Bouclier fut acquitté, parce qu’il était illettré.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article210633, notice BOUCLIER Pierre par Gauthier Langlois, version mise en ligne le 17 janvier 2019, dernière modification le 1er février 2019.

Par Gauthier Langlois

SOURCES : Gazette des tribunaux, 8 février 1849.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément