NICOL Marguerite, Georgette, née DESPLAS

Par Annie Pennetier

Née le 22 août 1917 à Paris Xe arr., morte en action le 28 juillet 1944 à Chennevières-sur-Marne (Seine-et-Oise, Val-de-Marne) ; modiste ; militante communiste ; agent de liaison résistante FTP-FFI.

Cliché Didier Alvarez
Cliché Didier Alvarez

Fille de Georges Desplas et d’Ernestine Foucault, Marguerite Desplas se maria avec Georges Nicol. Le couple eut un enfant Michèle née le 4 janvier 1941. Il était domicilié 205 rue de Crimée à Paris (XIXe arr.). Elle travaillait comme femme de ménage. Ses parents habitaient 4 rue Frédéric Schneider dans le XVIIIe arrondissement.
Militante communiste, elle était résistante de l’interrégionale 31 et agent de liaison de Lucien Angelard. Son dossier de résistance (SHD) indique son entrée en résistance en 1941.
Lors des combats de la libération, elle fut abattue alors qu’elle accomplissait une mission pour le compte des FTP à Chennevières rue Jules Viego et décéda vers 10h des suites de ses blessures le 28 juillet 1944.
Elle a été inhumée dans le cimetière de Chennevières-sur-Marne.
Le tuteur de sa fille, Jean Nicol, était domicilié à Bourg-Saint-Maurice (Savoie). Marguerite Nicol a été reconnue Morte pour la France et homologuée FFI (services du 1er au 28 juillet 1944).
La demande de statut IR interné résistant fut refusée le 11 mai 1956.

Son mari Georges Nicol, né le 23 octobre 1913 à Paris XVIIIe arr., fut arrêté pour activité « communo-terroriste » selon une note de la Préfecture de Police du 23 décembre 1943. Il avait été précédemment hospitalisé à Lariboisière (Paris) du 13 mars 1941 au 15 septembre 1943. Officier résistant FFI, il fut interné le 19 novembre 1943 puis déporté NN ; le 10 juillet 1944 au camp du Struthof-Natzweiler, transféré le 6 septembre 1944 à Dachau, puis le 22 octobre à Neuengamme et mourut à Hambourg le 13 décembre 1944.
Il a été reconnu Mort pour la France le 1er janvier 1945 puis homologué sous-lieutenant le 1er avril 1946. Il a été décoré de la Médaille de la Résistance par décret du 7 novembre 1958.La Médaille du combattant volontaire de la Résistance fut remise à son père Camille Nicol demeurant à Espalion (Aveyron).

Son frère Christian Desplas, ouvrier tôlier, réfractaire au STO fut déporté le 21 mars 1944 au camp de transit de la Neue Bremm (Allemagne) puis transféré à Mauthausen (Autriche) le 15 avril 1944, matricule 65395, affecté le 28 avril 1944 au kommando de travail de Gusen pour aménager une usine souterraine d’armement. Revenu au camp central le 6 mars 1945, il y mourut le 23 mars 1945.
Il a été reconnu Mort pour la France, et homologué déporté résistant et FFI.

Les noms de Christian et Marguerite Desplas sont gravés sur la plaque commémorative du 118 boulevard Ney, cité HBM du XVIIIe arrondissement..

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article210702, notice NICOL Marguerite, Georgette, née DESPLAS par Annie Pennetier, version mise en ligne le 18 janvier 2019, dernière modification le 12 août 2020.

Par Annie Pennetier

Cliché Didier Alvarez
Cliché Didier Alvarez
Tombe à Chennevières. Cliché Didier Alvarez
Tombe à Chennevières. Cliché Didier Alvarez

SOURCES : AVCC Caen, 21 P 103483, 21 P 604957 . — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 180336 . — Documents fournis par son petit-fils Thibault Colin, 2017 et Didier Alvarez 2020.— MémorialGenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément