NOBLE Maurice

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 6 décembre 1899 à Oyonnax (Ain), exécuté sommairement le 19 juillet 1944 à Dortan (Ain) ; artisan ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Maurice Noble était le fils de Édouard Charles, ouvrier en peignes et de Marie Eugénie Burret, ouvrière en peignes. Il se maria le 3 octobre 1925 à Oyonnax (Ain) avec Germaine Marie Rodet, dont il était veuf. Il était artisan à Oyonnax.
Il entra dans la Résistance aux Francs-tireurs et partisans (FTPF) dans les maquis de l’Ain.
L’ennemi lança en juillet 1944 une attaque de grande envergure baptisée "Opération Treffenfeld" afin de détruire les maquis de l’Ain et du Haut-Jura. Les villages et les populations de la région ne furent pas épargnés. Le village de Dortan fut investi le 12 juillet 1944 par le 5e régiment de cosaques de l’Ostbataillon (légions de l’Est). Ce fut le début d’une série de massacres qui ne se terminera que le 22 juillet. Il y aura 35 ou 36 morts dont Maurice Noble, qui fut capturé et torturé à mort au parc du château de Dortan et décéda le 19 juillet 1944.
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 7 décembre 1945.
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR), [dossier SHD Vincennes GR 16 P 445836].
Son nom figure sur le mémorial du château, à Dortan, sur le monument aux morts et sur le monument commémoratif 1939-1945 au lieu-dit Le Fouget, à Oyonnax (Ain).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article210728, notice NOBLE Maurice par Jean-Louis Ponnavoy , version mise en ligne le 19 janvier 2019, dernière modification le 19 janvier 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Wikipédia Massacre de Dortan.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de naissance et décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément