HABY Michel, Henri, Jean

Par Annie Pennetier

Né le 3 janvier 1924 à Paris (Xe arr.) , exécuté sommairement par des soldats allemands le 25 août (mars d’après son acte de naissance) 1944 à Villeneuve-Saint-Denis (Seine-et-Marne) ; étudiant ; maquisard, résistant FFI.

Fils de Henri Haby et de Gabrielle Chevalier, Michel Henry, domicilié chez ses parents à Paris, y suivait des cours pour être radio-navigateur mais les autorités allemandes fermèrent son école le 10 juin 1940. Il partit travailler dans une ferme de Seine-et-Oise à Labbeville (aujourd’hui Val-d’Oise) puis rejoignit Toulon à l’été 1942 pour s’engager dans la marine. Le sabordage de la flotte le 27 novembre 1942, provoqua sa démobilisation. Le Ministère de l’Agriculture le plaça dans un centre de travaux forestiers à La Fortelle près de Neufmoutiers-en-Brie (Seine-et-Marne) qui employait de nombreux jeunes réfractaires au STO. Il y travaillait comme conducteur de tracteurs. Avec plusieurs d’entre eux, il rejoignit la Résistance en avril 1944 au sein du groupe Vengeance de Tournan-en-Brie affilié à l’Armée secrète.
Il s’initia au maniement des armes et son groupe cacha du 3 au 10 juin 1944, trois aviateurs américains parachutés qui réussirent à gagner la Grande-Bretagne.
Le 25 août 1944, alors qu’ils étaient réunis dans la maison du garde des Eaux et Forêts Henri Jambois à La Bretèche d’Hermières, sur la commune de Ferrières, et que sous l’ordre du capitaine Vandaire la dizaine de résistants se préparait au départ, la maison fut cernée par des soldats allemands d’une unité d’artillerie en retraite. Tous furent arrêtés et embarqués dans un camion. C’est dans un bois proche sur la commune de Villeneuve-Saint-Denis que les résistants furent suppliciés puis exécutés sommairement après avoir creusés leurs tombes. Les villageois avaient entendu les coups de feu et après la Libération, ils les retrouvèrent le 28 août au lieu-dit Bois des Charbonniers.
Les corps furent transportés à Tournan-en-Brie et inhumés au cours d’obsèques solennelles le 30 août.
Michel Haby a été reconnu "Mort pour la France", "Interné Résistant (IR)", FFI 1ère classe avec prise de rang au 1er juin 1944. Il a été décoré à titre posthume de la Croix de guerre à l’ordre de la brigade 435.

Un monument commémoratif au bord de la route CD 21 rappelle le martyre de ces résistants.

Villeneuve-Saint-Denis, 25 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article210964, notice HABY Michel, Henri, Jean par Annie Pennetier, version mise en ligne le 24 janvier 2019, dernière modification le 5 février 2019.

Par Annie Pennetier

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 282781 . — AVCC Caen, AC 21P 52227 . — AERI Ille-de-France, documents fournis par Fabrice Bourrée.— Le Musée de la Résistance en ligne . — Mémoriaux de Seine-et-Marne. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément