GEORGES Ferdinand

Né le 17 février 1929 à Paris (XIVe arr.), mort le 9 août 1944 à Languidic (Morbihan) ; étudiant ; victime civile.

Ferdinand Georges était le fils de Jacques Georges et de Héléna Marie Évano. Jeune étudiant, il était domicilié chez ses parents à Hennebont (Morbihan). </br<

Au début du mois d’août 1944, face à l’offensive des troupes américaines, appuyées par des bataillons FFI-FTPF (Forces françaises de l’intérieur-Francs-tireurs et partisans français), les troupes allemandes livrèrent de rudes combats à Hennebont (Morbihan) avant de se replier dans la Poche de Lorient. Jusqu’au 7 mai 1945, date de la reddition allemande, la ville fut coupée en deux par la ligne de front de la Poche de Lorient. Retranchées sur la rive droite du Blavet dont les ponts avaient été détruits, elles soumirent la rive gauche et le centre-ville à de violents tirs d’artillerie, et commirent de nombreuses exactions : civils massacrés dont les actes de décès dressés en mairie d’Hennebont indiquent la date, l’heure et le lieu du décès ; abris « grenadés » ; maisons pillées et incendiées.
Il fait partie des civils d’Hennebont qui ont été abattus par des soldats allemands entre les 7 et 8 août 1944. Sans doute mortellement blessé, il est décédé des suites de ses blessures dans la nuit du 8 au 9 août 1944.

L’acte de décès numéro 98 dressé en mairie de Languidic le 13 août 1944 et transcrit sous le numéro 211 en mairie d’Hennebont le 18 novembre 1944, le déclare décédé le 9 août 1944 à 2 heures à l’hôpital du Bouëtiez en Languidic (Morbihan), sur la déclaration de Pierre Quintrec, second-maître infirmier.

Il a obtenu la mention « Mort pour la France ».

À Hennebont, le nom de Ferdinand Georges est inscrit sur la plaque dédiée aux « Victimes civiles fusillées entre le 7 et le 11 août 1944 » apposée Quai des martyrs dans le quartier Saint-Caradec.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article210993, notice GEORGES Ferdinand, version mise en ligne le 25 janvier 2019, dernière modification le 2 mai 2020.
Quai des martyrs à Hennebont
Quai des martyrs à Hennebont
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : Ami entends-tu..., ANACR-56, numéro 170, 3e trimestre 2016. — Mémorial GenWeb. — État civil, Hennebont (transcription de l’acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément