WALKOWIAK Thomas

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 6 mars 1896 à Wiészkowo (ou à Lubin), Pologne, mort le 11 septembre 1974 à Montluçon (Allier) ; métallurgiste, interprète à Montluçon ; membre de la commission administrative de l’Union départementale confédérée de l’Allier1928-1936.

Thomas Walkowiak arriva en France le 26 juillet 1924. Il eut deux enfants Marie Yvonne en 1925 et Roger en 1927, ce dernier fut un coureur cycliste célèbre, vainqueur du tour de France en 1956.
Thomas Walkowiak fut naturalisé le 9 mai 1929, interprète à l’usine Saint Jacques de Montluçon, il vécut, dans les années trente, dans le quartier polonais de la rue de la République. En 1926, il fut recruté par Félix Parizot, secrétaire de l’Union départementale CGT confédérée, il adhéra avec ses camarades Martin Kurpiz et François Grajka. Ses activités d’interprète firent perdre à la CGTU de nombreux adhérents alors qu’elle possédait une forte section polonaise, ces agissements furent dénoncés dans le Syndiqué du Centre, organe des unitaires. La commission administrative de l’Union Interdépartementale Allier-Creuse le nomma délégué à la propagande en vue de constituer des sections polonaises, en 1928, en juillet, à sa demande, il fut même envisager de constituer une Union départementale des sections polonaises. La section polonaise des métallurgistes confédérés fut particulièrement dynamique, certains reconnurent que, grâce à elle, le syndicalisme préserva son activité dans la métallurgie montluçonnaise !
Le rapport moral du congrès de l’Union départementale CGT de 1930, enregistra la création d’une section polonaise à Commentry forte de 50 membres, bien que victime des rivalités entre Commentry et Montluçon, Walkowiak poursuivit son travail en créant des sections polonaises à Vichy et à Noyant. Le 20 janvier 1934, il devint trésorier de l’Union syndicale des ouvriers métallurgistes confédérés de Montluçon, au moment de la réunification syndicale, en mars 1936, il partagea cette responsabilité avec l’unitaire, Joseph Fontbonnat.
Thomas Walkowiak resta membre de la commission administrative de l’Union départementale représentant la section polonaise (congrès du 27 septembre 1936), le conseil syndical du 12 février 1937 débattra de la pertinence de conserver des sections polonaises, le rapport de force avait changé en faveur des unitaires pourtant la section de l’usine Saint-Jacques avec 1 200 syndiqués avait droit à 8 délégués et les sections polonaises, acquises aux ex-confédérés, avec 100 syndiqués avaient droit à 2 délégués. Ces dernières, refusant d’intégrer les sections d’entreprise, la discussion dégénérant, l’heure étant à l’unité, la question fut renvoyée en commission.
Thomas Walkowiak termina son activité professionnelle dans l’entreprise Air Liquide de Montluçon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article211129, notice WALKOWIAK Thomas par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 29 janvier 2019, dernière modification le 29 janvier 2019.

Par Jean-Noël Dutheil

SOURCES : Arch. Mun. de Montluçon 7F. — Arch. Dép. de l’Allier, 1M716. — Arch. IHS-CGT du 03 c.r. de congrès. — Renseignements fournis par son fils Roger Walkowiak, 26 août 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément