MAZZETTI Marino, dit Fernand

Né en 1909, mort le 4 février 1986 à Bologne (Italie) ; dirigeant des FTP-MOI dans la zone Nord.

Marino Mazzetti milita en Italie dans les Jeunesses communistes dès l’âge de quinze ans. Le Parti communiste italien enregistra son adhésion en 1926. Arrêté l’année suivante, jugé en 1928, il s’évada et devint secrétaire clandestin des Jeunesses communistes à Bologne. Il se réfugia en France mais le PCI l’envoya à Moscou suivre les cours de l’École léniniste internationale pendant un an. De retour en France en 1931, il siégea au secrétariat national des JC. Très courageux, il séjourna clandestinement plusieurs fois en Italie mais fut arrêté à son quatrième séjour, à Bardonecchia. Condamné, détenu dans plusieurs prisons, il connut la déportation à l’île d’Elbe où, toujours aussi téméraire, il réussit à s’enfuir et à gagner la France.
Il s’engagea dans les Brigades internationales en Espagne et revint en France en février 1939, mais fut interné aux camps d’Argelès-sur-Mer et de Gurs d’où il s’évada le 2 février 1941.
Il milita avec le Parti communiste clandestin dans plusieurs départements de Provence, mais aussi dans le Rhône et la Loire, jusqu’en avril 1943, date de sa nomination comme responsable du groupe de langue italien pour la zone Nord.
Marino Mazzetti faisait partie de l’équipe rapprochée de la MOI autour de Louis Gronowski et Jacques Kaminski. Il était le responsable du recrutement chez les travailleurs italiens. Il fut l’adjoint de Hervé (Kaminski) dans la direction des FTP-, zone Nord.
Revenu en Italie en 1945, il fut un militant communiste important, membre du comité central du Parti communiste italien et dirigeant des anciens combattants antifascistes.
Dans les dernières années de sa vie, il vivait avec Lily Perlman-Mazzetti (son ancienne agent de liaison épousée à la Libération) à Bologne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article211206, notice MAZZETTI Marino, dit Fernand, version mise en ligne le 31 janvier 2019, dernière modification le 5 février 2019.

SOURCE : Boris Holban, Après 45 ans de silence, le chef militaire des FTP-MOI de Paris parle..., Calmann-Lévy, 1989 (la notice doit tout au récit que fit Holban de sa rencontre avec le couple Mazzetti en 1979).

Version imprimable Signaler un complément