DESLANDRES Émile, Marie, Joseph

Par Justinien Raymond

Né et mort à Paris (21 avril 1866-23 septembre 1935) ; ouvrier typographe ; militant socialiste ; conseiller municipal de Paris, conseiller général de la Seine.

Militant de la chambre syndicale des travailleurs du Livre, Deslandres fut élu conseiller prud’homme en 1899 et il présida ce conseil en 1903. Il fut quelque temps secrétaire de la commission administrative de la Bourse du Travail.
C’est comme représentant du syndicat des imprimeurs-conducteurs qu’il siégea au premier congrès général des organisations socialistes françaises à Paris, salle Japy (1899). Au cours de la cinquième journée, le jeudi 7 décembre, il intervint au nom de syndicats jusque-là muets et, en leur nom, souhaita l’unité socialiste.
Il assista comme délégué au XIIIe congrès national corporatif - 7e de la C.G.T. - tenu à Montpellier (Hérault) du 22 au 27 septembre 1902. Il y représentait les syndicats de typographes de plusieurs villes, de même qu’au XIVe congrès tenu à Bourges, en septembre 1904. Un Deslandres, ou Deslandre, participa au XIIe congrès - 6e de la C.G.T. - tenu à Lyon en septembre 1901 où il représenta divers syndicats parisiens horticulteurs, musiciens, etc., mais non celui des typographes. S’agit-il de Deslandres Émile, Marie, Joseph ?
Émile Deslandres adhéra au socialisme en 1885 en rejoignant le possibilisme, sa forme dominante à Paris. Il lui resta fidèle jusqu’à l’unité : il militait dans le XIIIe arr. où les relations entre les diverses tendances n’étaient pas mauvaises, puisqu’en 1895 elles formèrent une Union des groupes socialistes révolutionnaires du XIIIe arr. En 1904, candidat au conseil municipal dans le quartier de la Salpêtrière, il échoua avec 638 voix sur 5 111 inscrits et 4 129 votants. Mais, le 5 février 1905, à une élection partielle, il fut élu dans le quartier de Croulebarbe au siège vacant par la mort du socialiste Alfred Moreau. Il fut réélu au second tour, ayant obtenu au premier 1 562 voix sur 4 140 inscrits et 3 251 votants, en 1908, et en 1912 où il en avait recueilli 1788. Le 3 janvier 1909, Deslandres fut le candidat de principe de la fédération socialiste SFIO à une élection sénatoriale partielle dans la Seine. Il recueillit 92 suffrages sur 945 inscrits et 937 votants.
Pendant la guerre de 1914 à 1918, il accéda à la présidence du conseil général de la Seine. En novembre 1919, le quartier de Croulebarbe le réélut au premier tour de scrutin par 2 541 voix sur 5 337 inscrits et 2 659 votants. Au cours de son long mandat municipal et départemental, Deslandres appartint, entre autres, aux commissions du Métro, du Travail et du Chômage ; il fut, avant 1914, secrétaire, de la ire commission permanente (préfecture de police et prisons) du conseil général et vice-président de la 6e commission municipale (hygiène, eaux, égouts, navigation). Dans les dernières années de sa vie, il avait quitté le Parti socialiste SFIO.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article211252, notice DESLANDRES Émile, Marie, Joseph par Justinien Raymond, version mise en ligne le 1er février 2019, dernière modification le 1er décembre 2022.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Notes biographiques.... op. cit., Bibl. Nat. 40 Ln 25/667 (s. 2). — Compte rendu du congrès de Japy. — Hubert-Rouger, La France socialiste, op. cit., pp. 396-397. — L’Humanité, 4 janvier 1909.

ICONOGRAPHIE : La France socialiste, op. cit., p. 396.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément