Saint-Plaisir (Allier), la Bouillole, 8 août 1944

Par Eric Panthou

La ferme de Bouillole, à la lisière de la forêt de Civrais, a été le théâtre de combats importants entre les troupes allemandes et trois maquis du Nord-Allier stationnés à Bouillole et en forêt, le matin du 8 août 1944. Elle entraîna l’évacuation du secteur par les troupes allemandes. Ces opérations firent dix victimes parmi les résistants et civils.

Le 8 août 1944 un commando de chasse de la Wehmacht procéda à une vaste opération de ratissage en forêt de Civrais où étaient rassemblés une forte concentration de maquisards issus de l’AS et des FTP.

En effet, à la ferme de Bouillole, sur la commune de Saint-Plaisir (Allier) stationnait la 3ème compagnie AS-MUR du capitaine Villechenon. Il y a également la 2ème du lieutenant Balland, la 1ére section étant toute proche, au chalet de l’Hermitage avec l’état-major et les éléments de la mission « Freelance » du SOE.

Le commando allemand fit irruption dans la cour de la ferme. Après avoir ordonné à la famille Péguy de se rassembler dans la cour, les Allemands intimèrent l’ordre à un enfant de décharger une caisse et de l’entreposer sous le hangar.

Les troupes allemandes disposaient de forces importantes et d’une mitrailleuse lourde.
A cet instant précis, une violente fusillade éclata entre les éléments du maquis et les Allemands.
L’attaque ne laissa aucune chance aux deux sentinelles, mais l’alerte fut donnée. Trois fusils mitrailleurs firent face l’avancée allemande, ralentissant sa progression, permettant aux maquisards FTP du camp « 14 juillet », aux guérilleros espagnols cantonnés non loin et à la 1ère section AS-MUR de rejoindre la ligne de feu.

Le jeune Michel Péguy, 14 ans, qui à l’arrivée des Allemands s’était caché sous le hangar, voulut s’enfuir. Pris pour un maquisard, il fut abattu. Un ouvrier espagnol qui travaillait aux champs, Francisco Pamiès, blessé, fut achevé. Le feu s’étant déclaré au hangar embrassa alors toute la ferme.

Cet engagement devait durer plusieurs heures. Les FFI purent décrocher, abandonnant 8 tués. Les pertes allemandes demeurent inconnues car les assaillants furent à leur tour attaqués sur le chemin de Gondoux, accueillis par les FM des guérilleros espagnols.

On compte deux civils et huit résistants dont trois Polonais parmi les victimes.

Cet épisode sanglant reste un haut fait de la Résistance en Bourbonnais et il est célébré chaque année par la municipalité de Saint-Plaisir et par le comité Nord-Allier de l’Anacr. Un monument a été érigé sur les lieux du drame.

Liste des victimes

COTAKIS Elian
DOBROWOLSKY Stanislas
GUICHON Marcel
ISNARD Jean
MIRSKY Micezlaw
PAMIES Francisco
PÉGUY Michel
RANOUX Jacques
RUHLMANN Roger
WIKA Antoine

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article211289, notice Saint-Plaisir (Allier), la Bouillole, 8 août 1944 par Eric Panthou, version mise en ligne le 2 février 2019, dernière modification le 27 mars 2020.

Par Eric Panthou

Sources : “Bouillole, 70 ans après les combats”, La Montagne, édition Montluçon, 8 août 2014 .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 26 : crime de guerre à Saint-Plaisir .— Gilles Lévy, Guide des maquis et hauts-lieux de la Résistance d’Auvergne, Paris, presses de la Cité, 1986, 190 p.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément