CROS René, Joseph

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 18 mars 1889 à La Nouvelle (Aude), mort le 2 janvier 1973 ; commis des postes puis chef de section aux PTT ; maire adjoint communiste de Bagneux (Seine, Hauts-de-Seine).

René Cros était secrétaire de la section socialiste de Bagneux en 1920. Les effectifs socialistes étaient de 66 cotisants en décembre 1919 et 76 au premier semestre 1920. Toute la section, à l’exception de deux militants, adhéra au Parti communiste, section française de la IIIe Internationale. Entre 1920 et 1932 le PC connut un relatif succès électoral : le pourcentage des voix par rapport aux inscrits obtenues au premier tour des élections législatives fut de 26,9 % en 1924, 25,2 % en 1928 et 19,9 % en 1932. Annie Fourcaut décrit ainsi la quarantaine de militants qui participèrent à la vie de la cellule pendant cette période : « Ils forment un groupe jeunes - une majorité a moins de quarante ans - d’ouvriers et d’employés (PTT, Métro, STCRP) dont aucun n’est originaire de Bagneux » (« L’implantation » op. cit, p. 183). La construction d’une cité d’HBM (la Cité du Champ des Oiseaux) entre 1930 et 1932, renforça l’audience du Parti communiste. Aux élections municipales du 5 mai 1935 la liste du Bloc ouvrier et paysan dirigée par Cros, obtint 808 voix soit 28 % des inscrits. La liste « antifasciste et d’unité ouvrière » réunissant quinze communistes et huit socialistes l’emporta au second tour avec 1 360 voix (43,7 % des inscrits). René Cros fut élu maire à l’unanimité mais il refusa considérant ce mandat « incompatible avec l’emploi qu’il occupe dans l’administration des Postes et Télégraphes » (L’Aube nouvelle, 25 mai 1935). Théodore Petit* le remplaça.
La préfecture de la Seine le déchut de son mandat municipal le 29 février 1940, puis le fit interner administrativement le 5 mars 1940. Cros fut déporté en Algérie et devint chef du secrétariat particulier de François Billoux, commissaire d’État. Une brochure de décembre 1943 le présentait comme « ancien combattant », « chevalier de la Légion d’honneur » et « contrôleur général des postes ». Il fut ensuite chef de cabinet de Fernand Grenier en Algérie.
Maire adjoint communiste de Bagneux à la Libération, René Cros fut réélu le 27 mars 1949 et le 7 mai 1953 et resta conseiller municipal jusqu’en 1971. Le conseil l’avait élu maire honoraire de Bagneux en novembre 1969.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21140, notice CROS René, Joseph par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. PPo., 101. — Arch. Dép. Seine, DM3 et Versement 10451/76/1. — L’Aube nouvelle, 1933-1935. — L’Humanité, mai 1935. — Le Monde, 5 janvier 1973. — Libérer la France, 54 p. (décembre 1943). — Annie Dreyfus-Fourcaut : La Vie politique et sociale dans une commune de banlieue : Bagneux, 1870-1936, mémoire de maîtrise, Paris I, 1971. — « L’implantation du Parti communiste dans un groupe d’HBM : la Cité du Champ des Oiseaux » dans Sur l’implantation du PCF, op. cit. ; « Les élections municipales de 1935 à Bagneux », Cahiers de l’Institut Maurice Thorez, n° 19, 4° trim. 1976.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément