LECLAIR Louis, Jean, Joseph

Par Michel Thébault

Né le 17 novembre 1898 à Freigné (Maine-et-Loire), exécuté sommairement le 6 août 1944 à Saint-Mars-la-Jaille (Loire-Inférieure, aujourd’hui Loire-Atlantique) ; journalier agricole ; résistant FFI, 1er bataillon de marche de Loire-Atlantique (Libération-Nord).

Louis Leclair était le fils de Mathurin Leclair âgé de 37 ans, journalier et d’Augustine Rouger, âgée de 27 ans, journalière, tous deux domiciliés au lieu-dit La Hinaie, commune de Freigné, une commune limitrophe de la Loire-Atlantique, contiguë à Saint-Mars-La–Jaille (Loire-Atlantique). Domestique de ferme en 1917, il fut mobilisé au début mai 1917 au 77ème Régiment d’Infanterie et combattit jusqu’à la fin de la guerre dans l’infanterie. Maintenu sous les drapeaux pour achever son service de trois ans, il fut transféré début décembre 1919 au 4ème régiment de Tirailleurs marocains à Oujda (Maroc) et prit part à la campagne du Maroc de décembre 1919 à mars 1920. Il fut démobilisé en juin 1920. Devenu manœuvre dans une scierie, il épousa Marie Louise Robert le 28 juin 1927 à Maumusson, une commune limitrophe de Loire-Atlantique au sud de Freigné. Au recensement de 1936, la famille était installée à Saint-Mars-La-Jaille, au lieu-dit La Moulinière. Louis Leclair était alors père de quatre enfants, Louis né en mai 1928, Pierre en juillet 1929, Marie en novembre 1930 et Mauricette née en mars 1932. Père de famille nombreuse, il ne fut pas mobilisé en septembre 1939, et résidait toujours au début des années 40 à La Moulinière de Saint-Mars-La-Jaille exerçant la profession de journalier. Il s’engagea dans la Résistance le 1er octobre 1943, appartenant à l’été 1944 au 1er bataillon de marche FFI de Loire-Atlantique. Le 5 août 1944, une unité de l’armée américaine parvint devant la mairie de Saint-Mars-la-Jaille (Loire-Inférieure), au sud de Châteaubriant. Les FFI du premier bataillon de Loire-Inférieure les prévinrent qu’un train allemand de l’organisation Todt manœuvrait au passage à niveau. Le train fut immobilisé par les troupes américaines et les soldats allemands faits prisonniers. Le détachement allié repartit à Châteaubriant en fin de matinée emmenant avec lui les prisonniers. Un second train allemand fut alors bloqué par le premier au niveau du lieu-dit la Moulinière. Les soldats allemands chargés de la protection du convoi investirent le village et firent prisonniers plusieurs combattants FFI restés sur place. Pierre Leclair ainsi que René Carichon et Pierre Guay furent aussitôt exécutés sommairement au bord d’un fossé à La Moulinière.
Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument aux morts de Saint-Mars-la-Jaille (orthographié Leclerc). Un monument fut dressé après la guerre sur lieu de leur exécution à Saint-Mars-la-Jaille, route de Pannecé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article211650, notice LECLAIR Louis, Jean, Joseph par Michel Thébault, version mise en ligne le 10 février 2019, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Maine-et-Loire (état civil, registre matricule) et Loire-Atlantique (recensements 1931 et 1936) — Journal Ouest-France 31 juillet 2016 J’ai assisté à la libération de la commune — Mémoire des Hommes — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément