DUPIC Jean

Par Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Né le 25 janvier 1897 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane ; négociant en tissus ; victime civile.

Jean Dupic
Jean Dupic
crédit : Isabel Val Viga

Jean Dupic était le fils de Léonard - dit Pierre* (né le 28 octobre 1867, à Peyrilhac), tailleur d’habits, et de son épouse Marie née Teillet (née le 14 octobre 1873, à Saint-Victurnien et décédée le 23 juin 1920, à Oradour-sur-Glane), ménagère. Ses parents s’étaient mariés le 27 septembre 1892 à Oradour-sur-Glane.
Il était le deuxième d’une fratrie de trois enfants, Léonard - dit François* (né le 20 avril 1894) époux de Jeanne Vergnaud*, Marie Marguerite (née le 27 novembre 1899) épouse Jean-Baptiste Quériaud, tous les deux nés à Oradour-sur-Glane.
Incorporé le 3 septembre 1917 dans le 52e régiment d’artillerie, il servit ensuite dans le 21e, le 11e et enfin le 116e régiment d’artillerie lourde. Il servit dans l’armée d’Orient de juin à septembre 1919. Il était titulaire de la médaille de la Victoire, de la médaille commémorative et de la Croix du Combattant.
Le 29 octobre 1921 à Oradour-sur-Glane, il épousa Marie Couty* (née le 29 août 1902, à Veyrac), comptable. De cette union naquit un garçon prénommé Hubert François* (né le 12 novembre 1922, à Oradour-sur-Glane).
Au recensement de 1936, il est domicilié avec sa famille et son père au Bourg d’Oradour-sur-Glane, où il tenait un commerce de tissus.
« (…) chez ’’Jean Dupic*, tissus et confection’’. Son magasin situé à côté de la mairie et près de l’école des garçons, donnait sur la rue principale. C’était une vaste salle bien éclairée, avec un immense comptoir en bois clair qui servait à présenter et à couper les tissus. Derrière celui-ci, toutes les pièces de tissus colorés étaient exposées sur une haute étagère. Des costumes, des imperméables, des vestes en velours étaient suspendus à des cintres, pareils à des pantins désarticulés. »
Il fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich, mitraillé puis brûlé avec son frère et son fils dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés. Son père fut mitraillé puis brûlé, retrouvé dans le jardin de sa maison, son corps fut identifié. Son épouse et sa belle-sœur furent brûlées dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane.
Jean Dupic obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.

Voir Oradour-sur-Glane

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article211959, notice DUPIC Jean par Dominique Tantin, Isabel Val Viga, version mise en ligne le 15 février 2019, dernière modification le 29 novembre 2019.

Par Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Jean Dupic
Jean Dupic
crédit : Isabel Val Viga
Tissus Jean Dupic, Oradour-sur-Glane
Tissus Jean Dupic, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Tissus Jean Dupic, Oradour-sur-Glane
Tissus Jean Dupic, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Tissus Jean Dupic, Oradour-sur-Glane
Tissus Jean Dupic, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Tissus Jean Dupic, Oradour-sur-Glane
Tissus Jean Dupic, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
plaque famille Dupic, cimetière Oradour-sur-Glane
plaque famille Dupic, cimetière Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements, registre de matricule militaire. — André Desourteaux et Robert Hébras, Oradour-sur-Glane, Notre Village assassiné, éditons CMD, (p59).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément