CULLERIER Raoul, Louis

Par Jean-Claude Grandhay, Gilles Morin

Né le 11 février 1906 à Solesmes (Sarthe), mort le 4 février 1969 à Vesoul (Haute-Saône) ; professeur de mathématiques ; militant socialiste, secrétaire de la fédération SFIO (1958-1965), président de la FGDS de Haute-Saône ; secrétaire départemental de la FEN.

Raoul Cullerier était le fils de Louis Cullerier, ouvrier d’usine de Sable-sur-Sarthe (Sarthe), et de Marie Greim. Il se maria en avril 1933 à Echenoz-La-Méline (Haute-Saône) avec Madeleine Camille Demard, née dans cette commune le 18 juin 1914. Ils eurent des enfants jumeaux : Évelyne et Jean-Pierre, nés le 12 mai 1950 à Vesoul

Boursier d’État, Raoul Cullerier commença ses études à l’école primaire supérieure de Loué (Sarthe). Admis à l’École normale d’instituteurs du Mans en 1921, il intégra ensuite par l’ENS de Saint-Cloud (1926, sciences). Après avoir effectué son service militaire, il fut nommé professeur de mathématiques à l’ENI de Vesoul en 1929. Durant l’Occupation, le préfet le nomma, par arrêté du 8 mars 1941, membre du conseil municipal vésulien mais il en démissionna le 2 mars 1942.

Il fit acte de candidature aux élections municipales du 19 octobre 1947 à Vesoul sur la « Liste de démocratie socialiste et de défense des intérêts vésuliens » mais ne fut pas élu. Toutefois le 23 juin 1949, il prit place au conseil à la suite de la démission de son colistier, Fernand Varlet*. Son mandat fut renouvelé le 26 avril 1953. Constamment réélu, il fut désigné le 21 mars 1959 pour occuper le poste de 4e adjoint, siège qu’il occupa jusqu’à sa mort.

Militant socialiste actif, membre de la commission exécutive fédérale de la SFIO en 1949, il avait été jusqu’au mois de décembre 1955, président départemental du Cartel d’action laïque, mandat dont il se démit pour pouvoir se consacrer en toute liberté à la campagne des élections législatives du 2 janvier 1956 sous les couleurs de la SFIO. Non élu, il fut ensuite candidat malheureux à l’élection complémentaire au conseil de la République le 25 mars 1956. Le 8 juin 1958, à nouveau candidat au Conseil de la République avec comme colistier le maire de Magnoncourt, Auguste Doucey, il fut encore battu. Lors des élections législatives du 23 novembre 1958, il était le candidat du Parti socialiste SFIO dans la deuxième circonscription (Lure-Luxeuil) de la Haute-Saône avec à nouveau Auguste Doucey comme remplaçant éventuel. Il représenta encore son parti, sans espoir de victoire, aux sénatoriales du 25 mars 1956, juin 1958 et en 1959 et à l’élection sénatoriale partielle du 25 mars 1956. À nouveau devancé par ses adversaires, il sera candidat une dernière fois à un mandat public à l’occasion des élections sénatoriales du 22 septembre 1968 comme suppléant d’André Maroselli* sur la « Liste d’entente républicaine d’action paysanne et rurale pour la défense des libertés des collectivités locales ».

Plus localement, il avait été candidat aux élections cantonales dans le canton de Vesoul le 20 avril 1958 ne recueillant que 445 voix (5,7 %), en dernière position derrière René Blanchot, candidat communiste qui obtenait 1 103 voix (14,1 %).

Cullerier fut secrétaire de la fédération SFIO en 1958-1965 au moins. Le Parti socialiste était très faible dans un département dominé avant guerre à gauche par la figure de Frossard, puis depuis la guerre par celle du radical Maroselli et il géra la fédération en fidélisant les accords de la gauche modérée avec les radicaux. Le 13 mars 1966, il fut élu vice-président de la fédération haut-saônoise de la Gauche démocrate et socialiste et au mois de février 1968 président tournant du comité exécutif de cette fédération.

Il fut durant dix ans secrétaire départemental de la FEN.
Lieutenant de réserve d’artillerie, il était titulaire de la Croix de guerre 39-40 et avait été fait commandeur des Palmes académiques (10 août 1957)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21203, notice CULLERIER Raoul, Louis par Jean-Claude Grandhay, Gilles Morin, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 8 novembre 2021.

Par Jean-Claude Grandhay, Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., F/1cII/220, 264, 322, 558 et 563. — Arch. OURS, correspondance Haute-Saône et liste de secrétaires fédéraux, fonds A. Gazier. — L’Est Républicain, 8 février 1969. — Arch. privées. — Entretiens avec Jean-Pierre Cullerier. — Arch. Dép. Haute-Saône versement 1333. — État civil de Vesoul.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément