MIZOULE Louis, Marcel, Urbain [pseudonyme dans la résistance : Louis]

Par Patrick Bec

Né le 26 mai 1923 à Ruynes-en-Margeride (Cantal), mortellement blessé en action à suite à Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme), mort le 2 juillet 1944 à Ambert (Puy-de-Dôme) ; résistant au sein des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Louis Mizoule était le fils de Léon, Isidore, Joseph Mizoule, propriétaire cultivateur de St-Michel, commune de St-Georges (Cantal), marié à Ruynes le 24 novembre 1912 à Catherine, Marguerite, Marie Roudil, originaire de Salus, commune de Ruynes. Il avait un frère né en 1916 et quatre sœurs nées en 1913, 1919, 1921 et 1928 à Salus.
Louis Mizoule était résistant FFI du 4è corps franc d’Auvergne. Il a été blessé lors d’une opération à Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme) et il est mort des suites de ses blessures le 2 juillet 1944 à l’hôpital de Ambert. Il avait 21 ans.
Son nom est gravé sur la plaque apposée dans l’église de Ruynes en "honneur aux glorieux combattants morts pour la France", ainsi que sur le monument aux morts de Ruynes-en-Margeride. Il est également gravé sur le monument de la Résistance à St-Flour (Cantal).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article212033, notice MIZOULE Louis, Marcel, Urbain [pseudonyme dans la résistance : Louis] par Patrick Bec, version mise en ligne le 17 février 2019, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Patrick Bec

SOURCES : SHD Vincennes : GR 16 P 421778. Dossier Louis Mizoule (non consulté) .— AVCC, dossier Louis Marcel Mizoule : AC 21 P 101369 (non consulté) .— Manuel Rispal, Tout un monde au Mont-Mouchet, Ytrac, éditions Authrefois, 2014 .— État civil (AD 15) . — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément