BOSSER Françoise [née BOSSER Marie, Françoise]

Par Jacques Girault

Née le 1er mars 1891 à Plozevet (Finistère), morte le 6 février 1978 à Quimperlé (Finistère) ; institutrice ; militante socialiste SFIO puis PSU ; adjointe au maire de Riec-sur-Belon (Finistère).

Fille de cultivateurs, Françoise Bosser commença en 1915 sa carrière d’institutrice à Riec-sur-Bélon. Elle s’y maria en août 1922 avec Henri Le Roux, sous-lieutenant d’artillerie coloniale, puis se sépara. Elle devint directrice de son école en 1942 et le demeura jusqu’à sa retraite en 1946. Membre de la section du Syndicat des membres de l’enseignement laïque du Finistère, (section du syndicat CGT des enseignants puis du SN des instituteurs), elle créa dans son école une cantine scolaire. Elle participait au début des années 1930 à toutes les actions collectives et souscriptions du SMEL.

Après la condamnation aux travaux forcés à perpétuité par la Cour d’assises de Quimper en novembre 1924 de Guillaume Seznec, elle prit position progressivement pour la révision du jugement. À partir de 1934, convaincue de son innocence, avec les militants bretons de la Ligue des droits de l’Homme, elle s’engagea dans ce qui devint une “affaire” et fonda des sections de la Ligue des droits de l’Homme à Pont-Aven et dans sa région. Elle joua un rôle lors du retour du bagne de Seznec en 1947, en lui permettant sa réinsertion dans la vie locale dans le milieu des cultivateurs, dans une ferme du hameau de Rudéval à Berrien (Finistère). Par la suite, elle s’activa pour la réhabilitation de Seznec.

À la Libération, Françoise Bosser participa à la fondation de la section socialiste SFIO de Concarneau. Candidate aux élections municipales de Riec-sur-Bélon de 1947, élue, elle devint adjointe au maire et n’effectua qu’un mandat. Hostile à la politique algérienne du gouvernement de Guy Mollet, elle quitta le section socialiste de Concarneau pour rejoindre le Parti socialiste autonome puis sans doute le Parti socialiste unifié.

Parallèlement, elle créa dans le village où elle enseignait une amicale laïque qu’elle présida jusqu’à son décès.

En 1964, parut son ouvrage illustré sur Riec-sur-Bélon à travers les âges. Après son décès, la section de la LDH de Quimperlé-Concarneau porta son nom ainsi que l’école primaire de Riec-sur-Bélon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article212102, notice BOSSER Françoise [née BOSSER Marie, Françoise] par Jacques Girault, version mise en ligne le 17 février 2019, dernière modification le 21 août 2021.

Par Jacques Girault

ŒUVRE : L’ouvrage de l’ancien juge d’instruction Charles-Victor, Justice pour Seznec, publié à Tréguier (Côtes-du-Nord) en 1933, comprenait des lettres de F. Bosser.

SOURCES : Mairie de Riec-sur-Bélon. — Presse locale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément