MENESCLOU Marcel, Jean, Germain

Par Patrick Bec

Né le 17 novembre 1893 à Paris (Xe arr.), exécuté par la Résistance le 1er juin 1944 à Fridefont (Cantal) ; avocat ; victime civile réhabilitée.

Marcel, Jean, Germain Menesclou était le fils de Pierre, Germain, banquier originaire de Lacalm (Aveyron) marié à Chaudes-Aigues (Cantal) le 16 août 1890 avec Marie Louise Raynal. Il était avocat à la Cour d’appel de Paris, réfugié à Chaudes-Aigues.
Dès le début du mois de mai 1944, les FFI avaient établi le poste de commandement du réduit de la Truyère à Fridefont. « Le 29 mai au matin, le colonel Thomas accompagné de son adjoint, le commandant Franoux et de M. Fournier, chef régional de la Résistance, se présente à M. le Maire de Fridefont et à l’instituteur, chef local de la Résistance, pour les informer que le poste de commandement sera à école de Fridefont. Le 30 mai, les élèves sont mis "clandestinement" en congé et sont aussitôt remplacés par l’Etat-major du "maquis". Quatre compagnies armées d’armes légères occupent ce même jour les villages autour de Fridefont. (...) De temps à autre siège au PC un tribunal militaire. Six Français reconnus coupables de trahison, subissent le châtiment des traitres en temps de guerre » écrit Fournier, instituteur à Fridefont.
« Le 1er juin 1944, un tribunal érigé par le maquis "Revanche" siégea à Fridefont et condamna à mort, pour dénonciation d’Israëlites, un avocat de Paris, réfugié à Chaudes-Aigues et un mécanicien. Les 2 hommes furent exécutés le même jour au bois du Vialard de Fridefont » raconte Eugène Martres.
Marcel, Jean, Germain Menesclou fut l’un des deux exécutés ce jour-là. Il avait 51 ans.
Réhabilité par jugement du tribunal civil de Saint-Flour le 6 janvier 1946, il est déclaré Mort pour la France en 1953, mais son nom ne semble inscrit sur aucun monument.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article212169, notice MENESCLOU Marcel, Jean, Germain par Patrick Bec, version mise en ligne le 19 février 2019, dernière modification le 11 janvier 2021.

Par Patrick Bec

SOURCES : Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945 - Les troupes allemandes à travers le Massif Central, Cournon, De Borée 1993 .— Jean Favier, Mémorial du réduit de la Truyère, Aurillac, Union des ACVG - CVR du Cantal, Musée de la Résistance d’Anterrieux, 2008. — "Les Allemands dans la région de Saint-Flour (Mai - août 1944)", Témoignages des Instituteurs et des Institutrices collectés par M. Louis Bac, édition établie par Jean Favier avec l’aide des Archives Municipales de Saint-Flour (M. Gilles Albaret, directeur et Mme Lydia Lucchi), éditions de l’Association du Musée de la Résistance d’Anterrieux, janvier 2017 .— Mgr de La Vaissière, Les journées tragiques dans le diocèse de Saint-Flour, Imprimerie Clavel, Saint-Flour 1944 .— État civil (AD 15).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément