MÉCRENT Marie

Par Rolf Dupuy

Née le 4 juin 1864 à Salouel (Somme), morte le 28 novembre 1953 à Amiens (Somme). Ouvrière culottière ou vestonnière.

Marie Mécrent (divorcée Pigeon) était la compagne au début des années 1900 du compagnon Emilien Tarlier dont elle partageait les convictions anarchistes. Elle participait à toutes les réunions et manifestations du groupe.
Le dimanche 10 mars 1901, à l’occasion de la mi-carême à Amiens, accompagnée notamment de Calazel et sa compagne Alice Marcellin, Lemaire, Dubourguet, les frères Emilien et Camille Tarlier, Carpentier, Pépin, Péchin et Goullencourt, elle avait parcouru les rues de la ville à bord d’un char représentant le Capital écrasant le travail d’où étaient jetés des papillons multicolores portant les inscriptions « A bas le capital, Ni maître, ni valet ! », « A bas l’autorité, Vive l’anarchie ! », « L’armée est l’école du crime », »La femme est l’égale de l’homme », « La propriété c’est le vol, A bas la propriété ».
En octobre 1901, poursuivie avec les frères Emilien et Camille Tarlier, Lemaire, Carpentier et Alice Marcellin, pour « injures à l’armée », elle bénéficia, comme ses camarades, d’un non lieu. Le 14 juillet 1903, lors du défilé militaire, elle faisait parie du groupe de libertaires chantant L’Internationale et La Carmagnole et criant « A bas les frontières ! A bas les conseils de guerre ! »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article212247, notice MÉCRENT Marie par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 20 février 2019, dernière modification le 11 avril 2020.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : AD Somme 4M1530 — Arch. Nat. BB 186450 — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément