BRAY Jean, Auguste, François [pseudonyme dans la résistance : Bardy]

Par Eric Panthou

Né le 1er mai 1922 à Henrichemont (Cher), mort au combat le 24 août 1944 à Montluçon (Allier) ; cheminot domicilié à Orval (Cher) ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

A l’entrée du bourg de Saint-Victor, la stèle en hommage à Jean Bray est fleurie tous les 8 mai.

Fils de Marius, employé SNCF et Francine, née Foucher, sans profession, domiciliés à Orval (Cher) en 1944, Jean Bray était célibataire et habitait la même commune que ses parents. il était cheminot.
Il s’engagea dans la résistance sous le nom de guerre Bardy. Il appartenait à la Compagnie Henry , sous les ordres du Capitaine henry Phelouzat et participa le 6 juin aux combats de Saint-Amand-Monrond (Cher). Puis, il participa aux combats pour la libération de Montluçon (Allier) dans le quartier des casernes, là où étaient réfugiées les troupes allemandes.
La décision de prendre Montluçon intervient dans le mouvement d’ensemble pour la libération du territoire mais fut aussi motivée par la volonté de réagir à l’exécution de 42 patriotes fusillés le 14 août dans la banlieue de la ville à Prémilhat.
Ce sont près de 1.500 FFI qui se rassemblent pour prendre la ville, issus du Puy-de-Dôme, de la Creuse, du Cher et surtout de l’Allier, MUR et FTP.
C’est là qu’il fut tué le 24 août 1944 vers quinze heures, selon l’état-civil de Montluçon, sans que soit précisé le lieu exact.
La ville est libérée le 25 août au prix de 42 FFI tués au combat.

La demande d’inscription comme mort pour la France, figurant dans son dossier de victime de guerre, indique comme lieu de décès : "à Montluçon (Allier) au pont de Saint-Victor ; or, le pont de saint-Victor sur la rivière Le Cher est sur la commune de Saint-Victor. Faut-il entendre dans cette ambiguïté qu’il aurait été blessé au Pont de Saint-Victor puis emmené à Montluçon pour les soins et qu’il y serait décédé ?
Dans son Guide des maquis, Gilles Lévy donne une version différente de la mort de Jean Bray. Il affirme que lors d’une attaque de la Wehmacht à Saint-Victor le 25 août, Jean, après avoir été blessé au cours d’un engagement, fut écrasé par les véhicules du convoi. Il semble néanmoins que c’est bien le 24 août et aux abords des casernes de Montluçon, que Jean Bray fut abattu.

Il a été déclaré Mort pour la France" par décision du 6 mai 1946, homologué FFI.
Son nom figure sur une plaque commémorative dans l’église d’Orval.
Il ne figure pas dans le Mémorial des Cheminots.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article212310, notice BRAY Jean, Auguste, François [pseudonyme dans la résistance : Bardy] par Eric Panthou, version mise en ligne le 22 février 2019, dernière modification le 28 juillet 2020.

Par Eric Panthou

A l’entrée du bourg de Saint-Victor, la stèle en hommage à Jean Bray est fleurie tous les 8 mai.

SOURCES : AVCC : AC 21 P 33175, dossier Jean Bray. — SHD Vincennes : GR 16 P 88497, dossier Jean Bray (nc). — Gilles Lévy, Guide des maquis et hauts-lieux de la Résistance d’Auvergne, Paris, presses de la Cité, 1986, 190 p. — [Jean-Pierre Pille], "Bardy est-il mort le 24 ou le 25 août ?", La Montagne, édition Montluçon, 26 août 2019. — http://histoire-et-genealogie.over-blog.com/2015/08/les-combats-de-la-liberation-de-montlucon.html. — MémorialGenweb. — Absent du Mémorial des cheminots. — État civil Montluçon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément