FERRÉ Virginie, Emélie

Par Pierre-Henri Zaidman

Née le 3 mars 1848 à Saint-James (Manche) ; couturière ; domiciliée 9, rue de la Parcheminerie (Ve arr.) ; communarde.

Fille d’un tisserand et sœur de Marie-Rose Ferré, Virginie Ferré travaillait dans l’atelier de François, Joseph David, le concubin de sa sœur ; elle s’engagea avec eux dans les Enfants Perdus de Paris, elle combattit dans les derniers jours de la Commune derrière les barricades du quai Saint-Michel, de la rue du Petit-Pont et de la rue Rambuteau.
Elle fut arrêtée avec sa sœur, le 24 mai et écrouée le 23 juin 1871 à la prison Saint-Lazare à Paris pour participation à l’insurrection et transférées à la prison des Chantiers de Versailles le 21 août 1871 puis à la maison de détention de Clermont (Oise). Elle fut acquittée par 4e conseil de guerre le 28 mars 1872.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article212416, notice FERRÉ Virginie, Emélie par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 25 février 2019, dernière modification le 7 avril 2020.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Arch. Min. Guerre, GR 8 J 118 (382). — Arch. PPo., Ba 368/369. — Claudine Rey, Annie Gayat, Sylvie Pépino. Petit dictionnaire des femmes de la Commune. Editions le bruit des autres, Limoges, 2013. Les Amis de la Commune de Paris 1871.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément