CUVELOT Fernande [née CAMINADE Fernande]

Par Jacques Girault

Née le 29 janvier 1901 à Alger, morte le 15 décembre 1978 à Cahors (Lot) ; institutrice puis professeure ; syndicaliste du SNET.

Fernande Caminade était la fille d’un agent-chef à la poste centrale des PTT à Alger, militant syndical et franc-maçon, et d’une ouvrière. Ses parents le firent baptiser et l’envoyèrent au catéchisme. Elle entra à l’École normale d’institutrices d’Alger en 1919. Titulaire du certificat d’aptitude pédagogique avec mention « enseignement des arts ménagers » depuis 1921, elle enseigna successivement à partir de 1921 comme institutrice à Vernet (1921-1923), puis dans la Marne (Champaubert-aux-Bois en 1923-1924, Oger en 1924-1925, Soumepy en 1925-1926, Reims en 1927-1928). Elle se maria religieusement en août 1927 à Cahors avec Lucien Cuvelot, instituteur. Le couple fit donner les premiers sacrements catholiques à son fils.

Fernande Cuvelot enseigna en Ille-et-Vilaine (Muel en 1929), en Haute-Vienne (Isle en 1930-1931) avant de venir dans le Lot (Goujounac en 1932-1934, Limogne entre 1934 et 1941, enfin à Cahors, école Clemenceau que son mari dirigeait et où ils habitaient).

À partir de 1942, Fernande Cuvelot fut détachée à l’école des métiers de filles de Cahors pour enseigner le français et l’enseignement ménager. Elle travaillait en parallèle avec les normaliennes (français, comptabilité, législation, puériculture). Directrice à titre provisoire dès 1942, elle ne fut chargée officiellement de la direction des études qu’à partir d’octobre 1946. Afin de permettre à l’École normale de récupérer ses locaux en 1945-1946, l’établissement technique fut replié à Gourdon dans les locaux d’un centre d’apprentissage. Par la suite, elle réorganisa l’école des métiers dans des nouveaux locaux situés dans le lycée de filles à Cahors. Toujours institutrice déléguée au collège technique de Cahors, sous l’autorité de la directrice du lycée de filles de la ville, elle fut reclassée comme chargée d’enseignement en 1948, faisant fonction de sous-directrice de l’école des métiers de Cahors.

Sous sa direction fut créée une section commerciale en 1950. En octobre 1958, le secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement technique demanda son intégration dans le corps des certifiés, justifiant cette demande par le fait qu’elle avait « permis l’installation et le développement de l’enseignement technique féminin à Cahors ». Le ministère refusa et renouvela son refus par la suite. Militante de la tendance « autonome » du SNET, elle signa entre 1959 et 1962 les appels à voter pour les listes « autonomes » dans les élections aux commissions administratives nationales du syndicat.

Fernande Cuvelot prit sa retraite en 1960 comme chargée d’enseignement au lycée technique municipal de Cahors. À sa demande, ses obsèques furent civiles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21243, notice CUVELOT Fernande [née CAMINADE Fernande] par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 9 janvier 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F/17 27693. — Arch. com. Cahors (R. Bertazzo). — Le Travailleur de l’enseignement technique. — Notes de J. Veyret. — Renseignements fournis par la famille de l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément