MARECHAL Robert, Gustave, Paul, Charles [Pseudonyme dans la Résistance : Tatave]

Par Daniel Pillon, Catherine Roussel

Né le 28 avril 1911 à Amiens (Somme), exécuté sommairement dans la nuit du 28 au 29 août 1944 au bois de Gentelles à Boves (Somme) ; charpentier ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Robert Maréchal
Robert Maréchal
SOURCE : Association Villers-Bretonneux Mémoire

Fils d’Emile, journalier et de Juliette née Lefebvre, Robert Maréchal épousa Thérèse Louchet le 16 juin 1934. Le couple résidait 73 rue Terral à Amiens. Robert Maréchal exerça la profession de charpentier jusqu’à la mobilisation en septembre 1939.
Démobilisé le 8 octobre 1940, il fut affecté spécial pour la Société des forges et aciéries à Montataire (Oise). En novembre 1942, il fut envoyé en Allemagne où il travailla en qualité d’ouvrier chez Hydrierwerle Scholuen à Gelsenkirchen. Revenu en permission le 4 juin 1943, il refusa de retourner en Allemagne et reprit son emploi de charpentier chez monsieur Debardieux à Amiens.
En septembre 1943, Robert Maréchal donna son adhésion à Alfred Roger* et rejoignit ainsi la quatrième compagnie FTP de la Somme sous le pseudonyme de « Tatave ». De septembre 1943 à mai 1944, il prit part à des sabotages de plaques indicatrices et de voies de communication, notamment à neuf sabotages de voies ferrées sur les lignes Amiens-Beauvais et Amiens-Rouen. Le 2 mai 1944, il sabota un pylône à Daours (Somme).
Nommé chef de groupe le premier juillet 1944, Robert Maréchal commanda huit hommes avec lesquels il participa à d’autres actions directes contre l’occupant. Le 15 juillet 1944, trois Allemands furent attaqués route de Rainneville à Amiens. Le 3 août 1944, son groupe et d’autres résistants provoquèrent deux déraillements sur la ligne ferroviaire Amiens-Boulogne à Saint-Roch à Amiens. Le 14 août 1944, la ligne téléphonique Amiens-Beauvais fut sabotée à Bacouël (Somme).
Dans la matinée du 22 août 1944, Robert Maréchal rentrait d’une réunion en compagnie de cinq autres résistants dont Alfred Roger. Route de Flesselles à Amiens, des membres de la Gestapo surgirent d’une voiture et arrêtèrent les six hommes. Robert Maréchal fut incarcéré à la citadelle d’Amiens. Dans la nuit du 28 au 29 août 1944, il fut emmené avec 17 autres détenus de la citadelle au bois de Gentelles à Boves et fusillé.
Après l’identification de son corps par sa famille le 12 septembre 1944, Robert Maréchal fut inhumé au cimetière du Petit-Saint-Jean à Amiens.
Robert Maréchal reçut la mention « Mort pour la France » en 1945 et la croix de guerre le 25 avril 1947. Une rue d’Amiens porte son nom qui est aussi inscrit sur le monument commémoratif des fusillés de Gentelles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article212451, notice MARECHAL Robert, Gustave, Paul, Charles [Pseudonyme dans la Résistance : Tatave] par Daniel Pillon, Catherine Roussel, version mise en ligne le 7 mars 2019, dernière modification le 14 juin 2019.

Par Daniel Pillon, Catherine Roussel

Robert Maréchal
Robert Maréchal
SOURCE : Association Villers-Bretonneux Mémoire

SOURCES : SHD, Vincennes, 16 P 393 158, Arch. Dép. Somme, 1196 W 914 — Femmes de Picardie, 15 mai 1945 — Les Fusillés de Gentelles, Association Villers-Bretonneux Mémoire, 2007, DVD La Résistance dans la Somme, AERI 80, 2018 — Etat-civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément