CHARTIER André, René, écrit aussi CHARRETIER [Pseudonyme dans la Résistance : Victor]

Par Jean-Pierre Besse

Né le 9 mai 1908 à Tours (Indre-et-Loire), fusillé le 8 octobre 1943 à Saint-Jean la Ruelle (Loiret) ; ébéniste, cheminot ; résistant FTPF.

Fils de Georges Chartier, plâtrier, et de Renée Faucheux, sans profession, André Chartier, travaillait comme cheminot à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire). Il s’était marié le le 15 septembre 1930 à Tours avec Jeanne Diet.
La police notait que son dernier domicile connu était 24 rue Élise Dreux à Tours et le considérait comme "le chef de l’organisation terrriste de l’Indre-et-Loire. Individu très dangereux en relation directe avec l’organisation centrale de Paris".
André Chartier appartint à la 5e et 6e direction FTP de la Nièvre de septembre 1942 à avril 1943, date à laquelle Justin Marquereau et André Piaut furent arrêtés. Il quitta le département pour le Cher et Roland Champenier le remplaça. Selon des témoignages recueillis par Jean-Claude Martinet, « c’était un homme petit brun, d’une volonté farouche et d’une audace qui aurait pu être démesurée si elle n’avait pas été compensée par une remarquable aptitude à apprécier avec exactitude le danger, ce qui est possible et ne l’est pas ». Responsable militaire des FTPF jusqu’à sa nomination à la fin de l’année dans le Loiret, groupe FTPF de Chanzy-Orléans, il était domicilié à Orléans. Il fut arrêté par la police française en juin 1943, puis livré aux autorités allemandes. André Chartier fut jugé par le tribunal allemand FK 589 d’Orléans, le 1er octobre puis à nouveau le 5 octobre 1943 ; condamné à mort, il a été fusillé 3 jours plus tard au stand de tir des Groues.
Son nom est gravé sur le monument aux fusillés de Saint-Jean la Ruelle.
_

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article2126, notice CHARTIER André, René, écrit aussi CHARRETIER [Pseudonyme dans la Résistance : Victor] par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 24 mars 2014, dernière modification le 28 décembre 2021.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Jean-Claude Martinet, Histoire de l’Occupation et de la Résistance dans la Nièvre, 1940-1944, La Charité-sur-Loire, Éd. Delayance, 1978. – DAVCC, Caen, BVIII3 et 4 (Notes Thomas Pouty). – Pierre Demongeot, Les Francs-tireurs et partisans français du groupement Cher et Nièvre Nevers, 1975. – État civil. — Fiches de police de l’occupation (Arch. PPo.) concernant les militants communistes recherchés, communiqué par Guillaume Bourgeois.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément