CHOPLIN Émile, Victor [parfois CHOPELAIN ou CHAPLIN].

Par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré

Né le 21 juin 1894 à Château-du-Loir (Sarthe), mort le 8 juin 1971 à Dieppe (Seine-Maritime) ; serrurier dans les chemins de fer ; secrétaire du syndicat unitaire (CGTU) des Cheminots de Dieppe de 1930 à 1935.

Fils d’un tanneur et d’une couturière, Émile Choplin fut mobilisé par anticipation, en novembre 1914 dans l’infanterie puis dans l’aviation à parir de 1917. Il revint de la guerre avec une surdité de l’oreille gauche imputable au service, et on lui attribua une pension d’invalidité de 10%. Il entra dans les chemins de fer de l’État, et fût nommé à Dieppe le 5 août 1920.
Serrurier aux chemins de fer, catégorie 42, il fut élu secrétaire du syndicat unitaire des Cheminots de Dieppe en janvier 1930. Il était assisté de Jean-Baptiste Guionie (secrétaire adjoint) et de Léon Lemonnier trésorier. Réélu de 1931 à 1935, il était toujours secondé par Léon Lemonnier à la trésorerue. L’organisation comptait 130 adhérents contre 250 au syndicat confédéré (CGT).
Lors de la Réunion de réunification des Union locales CGT, CGTU et Autonomes de Dieppe, tenue le mardi 21 janvier 1936 à 18 h 30, il faisait partie de la délégation du syndicat réunifié des cheminots de Dieppe avec Jules Charbonnel, Robert Arpajou, Louis Rouffaud, et René Rouyer.
Le 25 février 1937 il fut élu ou réélu porte drapeau de la Section de Dieppe de la Fédération des travailleurs du chemin de fer, et membre du bureau. Il était délégué suppléant des grands ateliers et entretiens, auprès du chef d’arrondissement de Dieppe. En 1938 il était le secrétaire adjoint de la section technique (matériel) du syndicat des chemins de fer de Dieppe (P.E. Atelier), dont le secrétaire est Ledé André*.
Il s’était marié avec Henriette Boulenger le 23 juillet 1921 à Dieppe et ils habitaient 46 rue Saint-Jacques en 1927. Retraité de la SNCF, il demeurait 7 rue du Château à Paris (Xe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article212687, notice CHOPLIN Émile, Victor [parfois CHOPELAIN ou CHAPLIN]. par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 3 mars 2019, dernière modification le 8 janvier 2021.

Par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré

SOURCES : Archives de l’Union locale de Dieppe (1934-1938) in Archives de la CGT à Montreuil, cote 1PA08 et 1PA09. — Arch. Dép. de la Seine-Maritime, cote 3U 1/36, 10 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936. — Arch. Dép. de la Sarthe, fiche matricule N°341, classe 1914. — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGTU] des travailleurs des chemins de fer, 1er février 1932 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Notes de Louis Botella. — État civil de Chateau-du-Loir (Sarthe) et de Dieppe (Seine-Maritime).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément