HERTZ Paul. Pseudonyme : Paul Mounier, Paul Henrion

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 12 février 1900 à Strasbourg (Bas-Rhin), mort le 12 décembre 1977 à Schiltigheim (Bas-Rhin) ; libraire ; résistant.

Fils de Israël Salomon Hertz et de Fernande Lévy, Paul Hertz était bachelier.
Paul Hertz fut propriétaire d’une librairie à Strasbourg, la Librairie de la Mésange (18, rue de la Mésange), qui publia également quelques ouvrages. Cette librairie avait succédé à la librairie Singer, reprise en 1921 par Perrin Picard et Roger Rebstock. Nous ignorons en quelle année Paul Hertz en prit la direction, mais il en fut responsable au moins à partir de 1930. Son épouse, Suzanne Samuel, le secondait activement. La Librairie de la Mésange fut un lieu important de la vie intellectuelle strasbourgeoise.
Pendant la drôle de guerre, Hertz fut réformé ; il travailla cependant de septembre 1939 à avril 1940 à la Maison du Livre.
En avril 1940, la famille Hertz prit le chemin de l’exode vers le sud-ouest. De son côté, Paul Hertz travailla d’abord pour le ministère de l’Information, service de la censure, à Grenoble. Il fut révoqué par Vichy en février 1941. De mars 1941 à octobre 1942, il travailla à la Maison du livre français à Lyon. A partir d’octobre 1942, il entra complètement dans la clandestinité pour n’en sortir qu’à la libération.
Hertz fut caché par Bouscatel à Marseille jusqu’en novembre 1942, puis à Toulouse chez le librairie Didier jusqu’en novembre 1943. Découvert, il se réfugia à Lezay, où se cachait déjà Suzanne Hertz, sous le pseudonyme de Sophie Henrion, qui avait dû fuir Coirac avec ses enfants en mai. Paul Hertz fut alors employé chez Carron, comme relieur, puis chez l’imprimeur Chopin. Parallèlement, Paul et Suzanne Hertz fabriquèrent de fausses pièces d’identités pour les prisonniers évadés.
En juillet 1944, Paul Hertz entra dans les FTP et prit le maquis, d’abord dans les Deux-Sèvres puis en octobre dans le Lot. Il entra dans l’Ecole des cadres de Toulouse et en sortit avec le grade de lieutenant. Il participa notamment aux transferts et aux interrogatoires des prisonniers allemands. Hertz fut démobilisé en juin 1945.
La Librairie de la Mésange ayant été totalement dévastée, Paul Hertz fut employé dans le ministère de l’Information, au service Presse, à la libération. La Librairie reprit néanmoins son activité à partir du printemps 1945.
Paul Hertz avait épousé Suzanne Samuel. Le couple eut au moins deux enfants, Anne (née en 1930) et Jean (née en 1934), qui devint professeur de physique à l’université de Nancy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article213082, notice HERTZ Paul. Pseudonyme : Paul Mounier, Paul Henrion par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 9 mars 2019, dernière modification le 9 mars 2019.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCE : SHD 16 P 292295. — J. Bazin. « En hommage à Paul Hertz », Bibliographie de la France, n° 4, janvier 1978, p. 127. — Témoignage de Jean Hertz, Ajpn.org, 2 mars 2000 [en ligne].

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément