DAMIANI Jacques

Né en 1924, mort le 21 mars 2015 ; résistant déporté ; syndicaliste CGT de la construction ; militant communiste de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne).

Jacques Damiani
Jacques Damiani

Jacques Damiani, résistant, arrêté, évadé, puis interné à la centrale d’Eysses où il participa à la révolte de des détenus en février 1944. Déporté à Dachau, affecté aux Kommandos d’Allach puis d’Hersbrück, il aurait été le seul rescapé de son commando. Il garda jusqu’à la fin de sa vie au cou une large entaille mal cicatrisée due à un coup de cravache.
Jacques Damiani fut membre du bureau de la Fédération CGT Construction de 1953 à 1955.

Domicilié à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), il milita pour la mémoire de la déportation et dirigera à la FNDIRP locale. Il fut président de l’ADIRP à la fin des années 1990 et un créateur de l’AFMD dans la Val-de-Marne.
il s’était marié en 1971 avec [marise maury, née Arnold-<238897] dont il partageait le vie depuis 1963 ; le coupe eut un fils, Loïc, en &ç72.
Retraité anticipé pour invalidité, il fut bénévolement le conseiller politique du maire, Louis Bayeurte. Il joua un rôle considérable dans l’aide aux réfugiés du Chili. Il fit d’ailleurs un voyage au Chili redevenu démocratique, accueilli chaleureusement par les ancien réfugiés de Fontenay.
Mort le 21 mars 2015 à l’âge de quatre-vingt-dix ans, un hommage lui fut rendu le 30 mars 2015 au cimetière communal de Fontenay-sous-Bois.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21341, notice DAMIANI Jacques, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 26 février 2021.
Jacques Damiani
Jacques Damiani

SOURCES : Notes de Jean Églin. — Mémoire pour demain, bulletin de liaison des Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation (délégation du Val-de-Marne), n° 2, octobre 2015. — Le Monde, 25 mars 2015.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément