DANGLOT Georges

Par Yves Le Maner

Né le 6 janvier 1901 à Somain (Nord) ; ouvrier d’usine et mineur ; syndicaliste et militant communiste du Nord.

Fils d’un syndicaliste, dirigeant des cheminots de Somain, Georges Danglot suivit son père dans les meetings dès son enfance et fut particulièrement marqué par la grève nationale de 1910, bien qu’il n’eût que neuf ans. Son père étant parti tenir un poste en zone libre, Georges Danglot fut livré à lui-même pendant toute la durée de l’occupation allemande de 1914-1918. Il quitta l’école pour apprendre le métier de cordonnier. S’il adhéra au Parti communiste dès 1921, il ne commença réellement à militer qu’au retour d’un service militaire de vingt-cinq mois. Entré en 1923 aux Usines de Somain, il devint rapidement le responsable de la section syndicale CGTU qui, à ses débuts ne regroupait qu’une dizaine d’adhérents. Sous son impulsion, et grâce aux conseils de Joseph Bouliez, la section regroupait près de huit cents syndiqués lors de la réunification de 1936. Élu délégué du personnel en 1938, G. Danglot fut révoqué de cette fonction en 1939 pour avoir refusé de dénoncer le Pacte germano-soviétique. Incarcéré pendant treize mois, il fut libéré au début de l’année 1942, mais dut accepter un travail de manœuvre pour subsister. Réintégré aux usines de Somain à la Libération, il cumula les fonctions de secrétaire de l’Union locale CGT, de délégué du personnel et d’administrateur de la Caisse de secours. Condamné à treize jours de prison lors de la grève des mineurs de 1948, la direction des Houillères (propriétaire des Usines de Somain) le rétrograda au rang de manœuvre et le muta au puits De Serrevalle où il termina sa carrière. À l’exception d’une interruption entre 1952 et 1956, il conserva la direction de la section syndicale CGT de Somain jusqu’en 1971, date à laquelle il accepta la présidence de la section locale des retraités CGT.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21382, notice DANGLOT Georges par Yves Le Maner, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Yves Le Maner

SOURCES : J. Dandoit, mémoire de maîtrise, Lille III, 1973, op. cit. — État civil de Somain.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément