LAMARCHE Jean

Par Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Né le 5 août 1874 à Peyrilhac (Haute-Vienne), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; journalier ; victime civile.

domicilié dans a cour de la Boucherie Lanot, Oradour-sur-Glane
domicilié dans a cour de la Boucherie Lanot, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga

Jean Lamarche était le fils de Pierre (né le 19 août 1843, à Peyrilhac et décédé le 29 janvier 1921, à Oradour-sur-Glane), et de son épouse Marie née Restoin (ou Restoix) (née le 3 juillet 1843, à Saint-Martin-de-Jussac et décédée le 29 février 1880, à Peyrilhac), cultivateurs. Ses parents s’étaient mariés le 21 février 1868 à Veyrac. Son père était veuf en premières noces de Lise Laplagne (née le 20 mars 1848, à Nieul et décédée le 1er avril 1866, à Oradour-sur-Glane), qu’il avait épousé le 25 février 1865 à Oradour-sur-Glane. Une nouvelle fois veuf, il épousa en troisièmes noces Jeanne Valade (née le 11 novembre 1855, à Veyrac).
Il était le cinquième d’une fratrie de onze enfants, Jean (né le 15 février 1866 et décédé le 27 septembre 1866, à Oradour-sur-Glane), Jeanne (née le 11 janvier 1869 et décédée le 29 janvier 1869, à Peyrilhac), Pierre Georges (né le 20 juillet 1870 et décédé le 14 mars 1870, à Peyrilhac), Marie (née le 16 mai 1872 et décédée le 3 octobre 1872, à Peyrilhac), Jean (né le 23 août 1876, à Peyrilhac et décédé le 11 avril 1878, à Oradour-sur-Glane), Marie (née le 4 mars 1881, à Veyrac et décédée le 12 mars 1920 à Oradour-sur-Glane) épouse de Jean Masneuf, Jeanne (née le 12 février 1883, à Veyrac), Marie (née le 24 janvier 1893, à Oradour-sur-Glane) épouse d’Henri Durant, Michel (né le 18 octobre 1889, à Oradour-sur-Glane) époux d’Anne Broussaudier, Catherine (née le 5 juin 1895, à Oradour-sur-Glane) épouse de Pierre Jude.
Le 6 février 1897 à Oradour-sur-Glane, il épousa Catherine Ledot* (née le 6 janvier 1878, à Cieux), servante, domiciliée de droit à Charenton-le-Pont (Seine, Val-de-Marne), et de fait à Saint-Victurnien (Haute-Vienne), sœur de Martial Ledot* veuf de Marie Virondeau et époux en secondes noces de Léonarde Devoyon et beau-père de Germaine Bois* épouse de Fernand Hyvernaud*. De cette union naquit un garçon, François (né le 26 juillet 1899, à Oradour-sur-Glane) époux d’Armande Berthe Darthout.
Ajourné puis sursitaire en 1914-1918, il était alors domicilié à Limoges et travaillait dans des usines de porcelaine et de céramique.
En 1936, il était revenu habiter à Oradour-sur-Glane et il était domicilié dans le Bourg, dans une maison de la cour de la charcuterie Lanot.
Il fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich, mitraillé puis brûlé avec son beau-frère dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés. Son épouse fut brûlée dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane.
Jean Lamarche obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Voir Oradour-sur-Glane

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article213920, notice LAMARCHE Jean par Dominique Tantin, Isabel Val Viga, version mise en ligne le 27 mars 2019, dernière modification le 29 décembre 2019.

Par Dominique Tantin, Isabel Val Viga

domicilié dans a cour de la Boucherie Lanot, Oradour-sur-Glane
domicilié dans a cour de la Boucherie Lanot, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements, registre de matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément