GRENARD Léon, Élisée

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 20 juin 1874 à Haute-Molune (aujourd’hui La Pesse, Jura), massacré le 18 décembre 1943 à Prémanon (Jura) ; cultivateur ; victime civile.

Léon Grenard était le fils de Marie Alexandre, âgé de 44 ans, cultivateur et de Marie Othélie Alphonsine Grandclément, âgée de 28 ans, cultivatrice, domicilié au lieu-dit La Pesse. Il se maria le 7 mai 1906 à Bouchoux (Jura) avec Marie Philomène Emma Vuillermoz.
Le 18 décembre 1943 à l’aube, huit camions de troupes de la Wehrmacht et un commando du SD passèrent à l’action contre le maquis conduits par un ancien maquisard retourné. Le combat s’engagea dans la forêt du massacre avec le maquis et deux résistants furent tués. Les Allemands poursuivirent leur route en fusillant deux jeunes, trouvés porteurs d’armes et Léon Grenard qui passait à ce moment-là et ne répondit pas assez vite à leurs sommations fut abattu également, à Prémanon, près du hameau des Jacobez.
L’acte de décès fut dressé le 26 décembre sur la déclaration d’Henri Bonnefoy, 52 ans, facteur à Prémanon et transcrit le 31 décembre 1943 à La Pesse.
Il obtint la mention « Mort pour la France » par note du 9 octobre 1945 du Secrétariat général aux Anciens combattants et victimes de le guerre.
Son nom figure sur la stèle commémorative, érigée en bordure de la D25 au lieu-dit "Les Logettes", entre Prémanon et Lamoura (Jura).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article213929, notice GRENARD Léon, Élisée par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 28 mars 2019, dernière modification le 25 août 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : François Marcot La Résistance dans le Jura, éditions Cêtre, Besançon, 1985.—Mémorial Genweb.— État civil (actes de naissance et décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément