DANIEL Jean. [Morbihan]

Par François Prigent

Né le 3 mai 1910 à Concarneau (Finistère) ; professeur de lycée (physique) ; membre du Comité départemental de Libération du Morbihan en 1945 ; secrétaire de la FEN tendance École émancipée ; secrétaire de section et membre de la direction fédérale de la SFIO (années 1950-années 1970) ; conseiller municipal de Vannes (1953-1959).

Jean Daniel passa par les écoles publiques jusqu’au baccalauréat. Jeune professeur de physique, il adhéra aux Jeunesses socialistes dès 1931. À son arrivée à Vannes en 1935, il milita aux côtés de Pierre Le Goff*, responsable SNI et candidat régulier aux élections dans la région vannetaise (futur résistant et conseiller général de la Seine).
Résistant à Libération-Nord, Jean Daniel côtoyait les filières républicaines et maçonniques des réseaux antifascistes, puissantes dans le Morbihan sous l’égide de Camenen et Maurice Marchais. Remplaçant Joseph Rollo* au Comité départemental de Libération pour le compte de la SFIO en compagnie de Jean Le Coutaller*, il participa à la reconstruction du Parti socialiste dès 1944 alors que la poche de Lorient perturbait encore le retour à la normale.
Secrétaire de la FEN, il se positionnait en faveur de la tendance École émancipée, minoritaire face aux communistes.
En 1947, Jean Daniel, dit « Le Hibou », participa activement à la campagne des trois élus SFIO à Vannes : Joseph Le Gunehec* (secrétaire fédéral SFIO en 1944), Henri Gauthier* et François Levesnes*. Investi dans les marges du milieu socialiste local en rétraction, processus très marqué à Vannes, il militait dans les réseaux anciens combattants, mutualistes, laïques... conseiller municipal en 1953 dans une alliance de Troisième force, il appartenait à la direction fédérale de la SFIO avec Jean Vaqué*, le secrétaire de section dont il prit la suite dans les années 1960. Proche des réseaux FO (notamment le secrétaire de l’UD-FO Henri Le Clech*, fonctionnaire du Trésor), dans un Parti socialiste vieillissant durant les années 1960, il servait d’intermédiaire pour relayer les Lorientais choisis pour les différentes candidatures aux élections, symbole de la faiblesse de la SFIO.
Laïque ouvert aux milieux chrétiens, retraité du lycée Jules-Simon, il assura la transition dans les matrices de recrutement socialiste. Candidat malheureux aux municipales de 1959 et 1965, il figurait également sur les listes GAM (1971) puis Union de la gauche (1977), présentées par le PS mais dirigées par Michel Ollivier*, Philippe Meyer et Geneviève Roullier*, issus des réseaux chrétiens de gauche et des nouvelles générations. Pilier de la section PS en compagnie de sa femme Gilberte, également enseignante, celui qui faisait figure de référence intellectuelle décéda le 14 janvier 1982. Il avait déposé son fonds d’archives personnelles, contenant les documents relatifs à la vie de la section depuis 1945 aux Archives départementales.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21394, notice DANIEL Jean. [Morbihan] par François Prigent, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par François Prigent

SOURCES : Arch. Dép. Morbihan, 82 J 2 ; 62 J 99, 41 J 66. — Correspondance de l’OURS (1944-1959). — Le Rappel du Morbihan, 1945-1982. — Entretiens avec Philippe Meyer et Michel Ollivier*.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément