Valros (Hérault) 18 août 1944

Par Richard Vassakos

Le 18 août 1944, quatre civils furent exécutés sommairement à Valros (Hérault) par des soldats de la 19e armée allemande qui évacuait le Languedoc afin de rejoindre la vallée du Rhône après le débarquement allié en Provence.

Valros (Hérault) 18 août 1944
Valros (Hérault) 18 août 1944
Inauguration du monument le 24 juin 1945. (Collection privée)

L’exécution sommaire s’est déroulée le 18 août 1944 sur la commune de Valros à proximité de la route nationale 113, quelques heures avant que la 19e armée allemande qui occupait le Languedoc ne reçoive l’ordre de mettre en marche vers l’Est pour échapper à l’encerclement, probable, depuis le débarquement de Provence trois jours plus tôt.
Il faisait très chaud ce jour-là et quatre habitants de Valros partirent vers les rives de la Thongue toute proche pour se rafraîchir. En chemin, ils firent une halte sur le garde-fou d’un petit pont à 150 mètres duquel un camion de l’armée allemande achevait de se consumer. Celui-ci avait été détruit le matin même par l’attaque d’un chasseur allié en maraude. À ce moment une voiture qui faisait route en direction de Béziers avec deux soldats allemands et une femme à son bord s’arrêta à proximité des quatre hommes. Les deux hommes, un officier et un soldat, descendirent du véhicule, l’arme au poing. Un cycliste témoin de la scène entendit l’officier questionner les quatre hommes mais dut partir sous la menace de son pistolet. La dernière phrase qu’il aurait entendue aurait été l’ordre donné aux quatre hommes de rentrer dans le chemin creux perpendiculaire à la route. Le cycliste aurait alors entendu quelques instants plus tard une rafale d’arme automatique. Il se rendit au village et très rapidement la population aciurut sur les lieux y trouvant les corps des suppliciés. Roger Pioch, blessé, fut transporté sur une charrette mais il décéda à l’entrée du village de Valros. Edmond Andrieu mourut également deux heures après avoir été mitraillé et avoir, semble-t-il, reçu un coup de grâce. Les deux autres victimes Jean Ambec et Honoré Fabre furent tuées sur le coup. L’émotion fut très importante dans les villages aux alentours de Valros et Montblanc, commune limitrophe près de laquelle le drame s’est noué. Les obsèques des victimes eurent lieu le 20 août, alors même que les colonnes allemandes étaient en pleine retraite et soumises au harcèlement de la Résistance et de l’aviation alliée. Ce fut sous les yeux de ces éléments en fuite, se livrant parfois au pillage, qu’un cortège de près de 3000 personnes suivit les cercueils.
Un monument a été élevé et inauguré le 24 juin 1945. Il s’agit d’un obélisque portant le nom des victimes. Il se localise à l’emplacement exact du drame. La mémoire de cet évènement se perpétue annuellement sur le site de l’exécution. Après une éclipse, la cérémonie a été réactivée durant les années 2000 avec la présence commune des maires de Valros et de Montblanc. À la même époque, durant le mandat du maire Roger Delgado, les noms des quatre victimes furent donnés à des rues de la commune sous l’impulsion de Laurent Dardet, adjoint au maire et neveu de Roger Pioch.

ANDRIEU Edmond, 29 mars 1893-18 août 1944, propriétaire cultivateur.
FABRE Honoré, 22 juillet 1921-18 août 1944
AMBEC Jean17 janvier 1925-18 août 1944
PIOCH Roger 20 juin 1925-18 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article213997, notice Valros (Hérault) 18 août 1944 par Richard Vassakos, version mise en ligne le 29 mars 2019, dernière modification le 27 septembre 2019.

Par Richard Vassakos

Valros (Hérault) 18 août 1944
Valros (Hérault) 18 août 1944
Inauguration du monument le 24 juin 1945. (Collection privée)
Valros (Hérault)
Valros (Hérault)
Plaque de la rue Edmond Andrieu (1893-1944) massacré le 18 août 1944 à Valros
Cliché Richard Vassakos

SOURCES :
Collection particulière : coupures de presse sans date, photographie. — Paul Daudet, Marie-Antoinette Mora, Christophe Muratet, Valros, un voyage à travers le temps, Les Amis de la Tour, Valros, 2008, pp. 102-103. — Témoignage de Madame Alegria Serena.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément