GARNIER Auguste Joseph

Par Jean-Luc Marquer

Né le 17 avril 1895 à Pont-de-Beauvoisin (Savoie), tué le 14 août 1944 à Bourgoin (aujourd’hui Bourgoin-Jallieu, Isère) ; Chef d’entretien ; victime civile

Auguste Joseph Garnier était le fils de Pierre Louis et d’Olympe Martinet.

Il avait une formation de mécanicien.

Incorporé au 22ème régiment d’infanterie à partir du 1er décembre 1914, il rejoignit le front à partir du 14 juillet 1915. Après avoir été blessé deux fois, il fut affecté au service auxiliaire du 2ème groupe d’aviation le 9 mai 1918.

Domicilié à Domarin (Isère) lieu-dit La Maladière, il exerçait la profession de chef d’entretien à l’usine d’impression sur étoffes BRUNET-LECOMTE.

Il avait épousé Joséphine Louise Yvrard.

Le 14 août 1944, vers 17 heures, des membres du groupe Rémy (A.S. secteur VII Isère) vinrent à Bourgoin (aujourd’hui Bourgoin-Jallieu, Isère avec la mission de faire des soldats allemands prisonniers. Ils tentèrent d’en arrêter trois ; l’un se rendit, les deux autres s’enfuirent. Parmi ces derniers, un fut abattu. Les Résistants tentèrent alors d’abattre le dernier qui s’enfuyait par la rue des Fabriques.

Auguste Garnier, qui revenait de Ruy (aujourd’hui Ruy-Montceau, Isère) à bicyclette en passant par cette rue, fut atteint à la tête par une balle perdue probablement tirée par un maquisard.

Il obtint la mention « Mort pour la France ».


Voir : Bourgoin

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article214105, notice GARNIER Auguste Joseph par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 1er avril 2019, dernière modification le 3 mai 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. dép. Rhône, Mémorial de l’Oppression 3808W440 — AVCC Caen, 21P 346314 — Arch. dép. Savoie, Registre matricule militaire 1R229 — Etat civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément